La Chapelle de la Clarté (I)

Publié le par Bernard Bonnejean

à Perros- Guirec, dans les Côtes d'Armor

 

On a beau ne pas être susceptible, il est des circonstances où il faut savoir se faire respecter. L'article que vous allez lire, je l'ai entièrement écrit, mot pour mot, pour wikipedia en langue française. Un individu sans scrupules a cru, par un tour de passe-passe assez grossier, pouvoir m'en déposséder. Il se fait appeler Spendeau et son IP est 88.168.48.112. Je veux bien collaborer gratuitement à la rédaction de cette encyclopédie, mais je n'entends pas qu'on me prenne pour le faire-valoir local. Tout m'appartient jusqu'aux photos prises sur place. Bonne lecture.

 

 

Chapelle Notre-Dame de La Clarté (Perros-Guirec) - I

 

La_clarte_en_Perros_Guirec_La_chapelle_illuminee.jpg

  
 

La Chapelle de Notre-Dame de la Clarté en Perros-Guirec,

illuminée pour la veillée du 14 août 2009.


Notre-Dame de la Clarté (en breton : Itron Varia ar Sklaerder) est le nom donné à une chapelle dédiée à la Vierge Marie, située dans le bourg de La Clarté sur la commune de Perros-Guirec en Côtes-d'Armor (Bretagne).

 

I- La chapelle   

a) La légende    

Une légende costarmoricaine du XVe siècle, dont personne ne soutiendrait aujourd'hui l'absolue véracité, raconte qu'un certain seigneur de Barac'h, en Louannec, faillit s'échouer avec son escadre près des Sept-Îles. La brume était si épaisse que la mort des marins semblait inéluctable. Tous, à genoux, firent un vœu à Notre-Dame : le commandant lui élèverait une chapelle si elle opérait une trouée salvatrice dans le brouillard. Le miracle eut lieu et le seigneur de Barac'h fit édifier la Chapelle de Notre-Dame de la Clarté.

Beaucoup plus tard, en août 1944, les troupes américaines avaient projeté de bombarder Mez Gouez, un camp retranché à 200 mètres de la chapelle. En représailles, les 600 Allemands pointant leurs canons sur Perros menaçaient de bombarder la ville. Les 7, 8 et 9 août, la brume couvrit Perros-Guirec empêchant les destructions. Le 10 août, les Allemands se rendaient sans opposer de résistance.


b) La question du fondateur    

La tradition locale a toujours maintenu que la construction de la chapelle fut ordonnée en 1445 par Pierre de Tournemine, sieur de Barac'h, d'origine anglaise. Les Tournemine de Barac'h étaient-ils de la famille de l'évêque de Tréguier, Geoffroy de Tournemine, qui nomma saint Yves recteur de Louannec en 1293 ?


 La_Clarte_en_Perros_Guirec_la_voute1.jpg

La voûte restaurée et la tribune ornée

des deux bannières de N.-D. de la Clarté.


Toujours est-il qu'un des leurs, Édouard, vicomte de Pléhérel, eut dans sa descendance des barons de La Hunaudaye qui s'allièrent aux Chateaubriand et aux du Guesclin. Sa dernière héritière, Geneviève de Coskaër épousera Louis Le Peletier, président à mortier du Parlement de Paris.

Cependant, en 1627, deux témoins chargés de constater les droits de la famille Coskaër sur la chapelle, Jean Loz de Coatgourhant et Dom Yvon Pezron affirment que les armoiries du fondateur figurent en la maistraisse viltre de la chapelle ainsi que son écusson en bosse au hault du pignon du Levant. Or, armoiries et écusson sont ceux de Roland IV de Coëtmen, parti en croisade en 1458.

On peut donc affirmer, avec les archives départementales des Côtes d'Armor, que Roland IV, fondateur de la collégiale de Tonquédec et seigneur de Ker Uzec en Pleumeur-Bodou fut aussi le fondateur de la chapelle de la Clarté. A sa mort survenue à Rhodes vers 1470, son bien passa aux Coskaër de Rosanbo, dont une des descendantes fut Aline, comtesse de Combourg, la belle-sœur de François-René de Chateaubriand.[1] 

 

c) L'extérieur    

Classée Monument Historique, le 30 mars 1904, Notre-Dame-de-la-Clarté appartient au style flamboyant breton. On remarque d'emblée certaines irrégularités qui contribuent à son originalité sans nuire à l'harmonie : un seul transeptméridional ; une tour carrée surmontée d'un clocher ajouré en granit rose qui semble ne pas faire corps avec l'ensemble architectural. L'église est entourée d'un enclos comportant, en son centre, un socle de granit du XVIIe siècle orné d'un tronc en bois ferré pour les offrandes. Plus loin, une croix érigée par Mre Guillaume Salaün qui la fit ériger en 1630.[2] 

Le linteau du porche est remarquable. On ne peut trouver plus chargé de symbole que cette Annonciation faisant face à une Pietà, comme un rappel de la prédiction du vieillard Syméon : « Toi-même, une épée te transpercera l'âme ! »[3]On peut voir aussi, autour d'une fenêtre à meneaux, l'inscription « Le Carro », des armoiries devenues illisibles et, plus haut, une Vierge-Mère.

 

d)L'intérieur   


1- Le porche   

Dallé de plaques de schiste de Brélévenez, voûté de deux travées d'ogives, flanqué, selon la tradition, de deux bancs de délibération en pierre, le porche vaut, avant tout, par sa statuaire du XVIIe siècle en bois polychrome :


La_Clarte_en_Perros_Guirec_Le_Christ_en_Croix1.jpg


Le Christ en croix, statue de saint Yves

et l'une des stations du chemin de croix.


  • Sainte Anne, consacrée officiellement patronne des Bretons, le 26 juillet 1914, apprend à lire et à prier dans une Bible à Marie, sa fille.

 

  • Les quatre évangélistes


Saint Matthieu en homme ailé, symbole de la naissance

Saint Marc, accompagné d'un lion, de la résurrection

Saint Luc et son bœuf, de l'immolation

Saint Jean en aigle, de l'Ascension

 

  • Sur les vantaux de la porte de chêne (classés Monuments Historiques en 1994) :


Saint Jean-Baptiste portant une brebis

Saint Pierre, la clef à la main

La Vierge et l'Annonciation

L'ange tenant en main le sceptre du pouvoir

Saint Paul armé de l'épée avec laquelle on le décapitera


2- La nef et le bas-côté septentrional 

Les anciennes descriptions font état d'un jubé du XVe siècle, détruit comme la plupart des jubés bretons au XVIIe siècle, sous le prétexte qu'ils empêchaient les fidèles de voir l'officiant. De la même façon, la chaire a aujourd'hui disparu. Elle faisait face au Christ en Croix du XVe siècle.

À l'entrée, un bénitier du XVe siècle classé aux Monuments Historiques, le 30 mars 1904, est orné de têtes de Turcs ou de Maures, faisant mémoire de la Prise de Constantinople en 1453. En bas, au centre, une tête de lion rappelle la miséricorde. À droite, un lapin, signe de la fertilité. Au sol, sous le bénitier, une pierre sculptée représentant une croix, un calice et un ciboire marque l'emplacement de la tombe du chanoine Gouronnec, curé de Perros-Guirec enterré sous le porche en 1939, initiateur de restaurations importantes.

Le grave incendie du 7 janvier 1995 a causé de multiples dégâts et exigé des réfections importantes, dont la voûte qui s'effondre le 26 mai 2000. Restaurée en 2006, elle est de bois, en forme de carène renversée. À dominante jaune, rehaussée de motifs récurrents, elle est éclairée par des luminaires contemporains discrets, ce qui présente l'avantage de clarifier l'ensemble.

Parmi les nombreux ex-votos, on peut remarquer, outre les plaques traditionnelles de marbre, de granit rose ou gris, des maquettes de bateaux, témoignages de dangers surmontés par leur capitaine et leurs marins : un brick d'un certain L'Hériment, inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 1994, un paquebot inscrit en 1983, un wandera[4], un yacht à vapeur, un thonier et un trois-mâts barque.

 

3- Le transept droit 

On l'appelle aussi chapelle Saint-Joseph ou chapelle Saint-Samson.

Le fondateur en est Yvon de Lannion, lieutenant général de l'amirauté du duc de Bretagne. Briand II fut un compagnon fidèle de Bertrand du Guesclin. Après que les Anglais eurent ravagé le Léon et le Trégor, en 1375, Charles V dédommagea la famille en l'anoblissant. En 1445, date de l'édification de la chapelle, Yvon est chevalier, sieur de Cruguil par un mariage qu'a contracté Briand avec Marguerite de Cruguil. Au moment de la réfection de la voûte au XXe siècle, on a découvert un papier caché selon lequel les travaux auraient été exécutés grâce à la gabelle.

 

4- Le mobilier 

  • La statuaire, malgré sa variété, est remarquable et ne brise pas l'harmonie de l'ensemble. On remarque notamment, dans la partie principale, un Saint-Fiacre reconnaissable à sa bêche ;


La_Clarte_en_Perros_Guirec_Mgr_Gilson_pardonneur_2009.jpg

Mgr Georges Gilson, Archevêque émérite de Sens-Auxerre,

Prélat émérite de la mission de France, pardonneur à La Clarté en 2009.

une Sainte-Anne en bois peint, du XXe siècle, oeuvre d'un couple d'artistes du Finistère et un Saint-Yves entre le riche et le pauvre, représentation assez conventionnelle du mondialement célèbre Yves Hélory de Kermartin. Dans le transept droit, on remarque un Saint-Samson revêtu de ses ornements épiscopaux de l'abbaye de Dol de Bretagne, un Saint-Nicolas, patron des matelots, un Saint-Julien-l'Hospitalier qui n'exista probablement jamais, mais auquel Gustave Flaubert s'intéressa tout particulièrement dans ses Trois Contes[5], un Saint-Hervé, le Finistérien de Plouzévédé, protecteur de la volaille contre les renards, et des fidèles contre le démon et enfin un Saint-Tugdual, pape du VIe siècle, vénéré à Tréguier et à Laval.

  • Le retable du XVIIe siècle, dont la construction a commencé le 4 juillet 1767,est ainsi décrit sur l'acte de commande : « (un autel retable et un tabernacle surmonté d')une niche en bois non vicié afin d'y placer l'image de la sainte Vierge de Notre-Dame de la Clarté au milieu de l'autel, avec, sur le côté droit de la dite niche une pareille figure que celle du côté gauche ». La statue de la Vierge, du XVIe siècle a été classée en 1999.
  • Les vitraux, du XXe siècle sont de l'atelier de Sainte-Marie de Quintin. On remarquera surtout la grande maîtresse-vitre. 

  •  
  • 5-Le Chemin de croix 

 

Œuvre du célèbre Maurice Denis (1870-1943), les quatorze tableaux du Chemin de Croix ont été réalisés par le « Nabi aux belles icônes », dans sa propriété de « Silencio » achetée en 1891 à Trestrignel.[6]C'est après la fondation des Ateliers d'art sacré, en 1919, que devenu le théoricien du groupe, Maurice Denis travaille sur son Chemin de Croix.

Yvonne Jouan rapporte ainsi le commentaire d'un spécialiste qu'elle omet d'identifier :

Les quatorze tableaux se développent presque unanimement dans des tonalités claires, sinon pastel. On y retrouve l'essentiel de ses conceptions, décorateur et peintre chrétien, dans un curieux mélange de notations historicistes (les costumes des légionnaires romains) et d'orientalisme (les remparts et les ruelles de Jérusalem)[7]

 

 

Notes 

  1.   François-René de Chateaubriand, Les Mémoires d'Outre-Tombe, X, 8.
  2.  Archives départementales des Côtes d'Armor (E 1483).
  3.  Matthieu, 2, 35.
  4.   Description du wandera
  5.  Édition originale : Paris, G. Charpentier, Éditeur, 1877. Un cœur simple, La légende de Saint-Julien l'hospitalier, Hérodias.
  6.   Avec Trestraou, l'une des deux grandes plages de Perros-Guirec
  7.  JOUAN, Yvonne, op.cit. infra, pp. 55-56.
  8.  Annonce de la renonciation au Pape . Un ouvrage collectif intitulé À cause de Jésus et de l'Évangile, phrase tirée de l'Évangile de Marc qui sert de devise à Mgr Fruchaud, édité par l'association diocésaine de Saint-Brieuc et Tréguier, a été tiré à 4 000 exemplaires pour rendre hommage à l'évêque
  9.  Les liens du Mayennais Bernard Bonnejean avec les Côtes d'Armor sont très étroits. Il les a traduits notamment dans le chapitre III de Clio et ses poètes (éd. du Cerf, 2006, pp. 149-167), « Du règne de Satan à la victoire de Dieu. Renan, l'Antéchrist, corrupteur de la France », où il relate, non sans humour, l'« affaire Renan » à Tréguier (l'inauguration de la statue, place du Martrais, et la revanche du parti catholique avec l'érection du "Calvaire de protestation")

 

à suivre

Bernard Bonnejean

Publié dans religion

Commenter cet article