La Chapelle de la Clarté (II)

Publié le par Bernard Bonnejean

 

à Perros- Guirec, dans les Côtes d'Armor

 

Voici donc la deuxième partie de l'article que j'ai écrite pour wikipedia et dont Spendeau (IP 88.168.48.112), sous couvert de "fusion", m'a dépossédé. Mes amis d'over-blog ne perdront pas au change car j'ai ajouté les photos prises cette année et qui ne figureront pas sur la célèbre encyclopédie en langue française. En revanche, si les wikis étrangers traduisent, je leur en ferai volontiers cadeau, puisque le climat délétère français ne les a  pas encore gagnés. Bonne lecture.

 

 

Chapelle Notre-Dame de La Clarté (Perros-Guirec) - II

  


 

II - Le Pardon    

 

La_Clarte_en_Perros_Guirec_le_tantad_2009a.jpg

Le tantad, ou feu de joie, sur le tertre

de la Clarté, la nuit du 14 août 2009


Il serait faux de ne voir dans le pardon de La Clarté, comme dans tous les pardons bretons d'ailleurs, qu'une des multiples animations touristiques de l'été.


a) Historique    

Le pardon de Notre-Dame de la Clarté en Perros-Guirec correspond chronologiquement à deux réalités concomitantes du XVe siècle : la construction de la chapelle et l'instauration, comme dans toute la Bretagne, d'une cérémonie religieuse appelée communément « pardon » en français. En effet, à partir du XVe siècle, la noblesse bretonne construit des églises. Les pèlerins se réunissent alors en foule pour obtenir le pardon de leurs péchés.

Donc, dès l'origine, il s'agit bien, à Perros comme ailleurs, d'un culte pénitentiel et non d'une simple fête mariale. Cependant, suite aux événements d'août 1944, imputés à l'intercession miraculeuse de la Reine de la Paix, Notre-Dame de la Clarté fut couronnée, et le Pardon prit une autre dimension.

 

b) Le Tantad    

Traditionnellement, le pardon commence le 14 août vers 21 heures, dans la chapelle, par une veillée de prière où se mêlent cantiques, lectures, sermon, et parfois scènes mimées. Depuis quelques années, l'ensemble des cérémonies est axée sur un thème, le plus souvent moral et religieux. C'est souvent l'occasion pour les fidèles de prendre contact avec le principal officiant, appelé « pardonneur », soit l'évêque du lieu, soit un évêque invité.

À l'issue de la cérémonie, la foule se rend en procession, avec croix, statues et bannières, sur le tertre où après la lecture d'un passage de l'évangile, commenté au cours d'un prêche, le « pardonneur » se rend au milieu du plateau, pour mettre le feu à un amas d'ajoncs disposés en cône. C'est le « tantad », l'équivalent du feu de la Saint-Jean très apprécié de la foule par les belles nuits d'été. Puis quelques fidèles regagnent la chapelle en procession après le chant du Salve Regina pour assister à la messe de vigiles.

 

c) La grand-messe et la procession   

La messe épiscopale du 15 août est le moment le plus solennel du pardon de Notre-Dame de la Clarté. Tous les prêtres de la région sont conviés à la concélébrer autour de l'évêque « pardonneur ». La cérémonie commence par une procession de la chapelle au podium dressé sur le tertre qui domine la mer. Chaque paroisse (ou relais paroissial) porte la statue de son saint patron, son reliquaire ou ses ex-votos, en costumes traditionnels bretons, précédés ou suivis des bannières. La statue de Notre-Dame de la Clarté couronnée et le cortège des prêtres et de l'officiant clôt la procession. D'emblée, les touristes néophytes sont surtout attirés par les costumes noirs des femmes mariées et blancs des jeunes filles. La grand-messe revêt une solennité que les organisateurs entendent donner à l'événement. Elle est célébrée en français, très peu en breton pour les cantiques, et souvent, pour honorer les hôtes étrangers de passage, en quelques mots de langues étrangères.


La_Clarte_en_Perros_Guirec_ancienne_banniere1.jpg

 

Bannière dessinée par Maurice Denis et qui porte le vœu

du seigneur de Barac'h : « Notre-Dame de la Clarté,

Priez pour nous. Sauvez-nous. Ave Maria 1924 ».

 

L'après-midi, la foule se presse à nouveau sur le tertre pour la procession et la récitation du chapelet. L'ordre des processionnaires est quasi immuable. Le Trévou-Tréguignec ouvre la marche suivi de Trélévern. Vient ensuite Louannec avec les reliques de saint Yves, puis Pleumeur-Bodou, Trébeurden, Trégastel, Kermaria-Sulard, Perros et Notre-Dame de la Clarté. On y récite cinq dizaines de chapelet, entrecoupés de cantiques. Traditionnellement, les trois derniers « Ave Maria » de chaque dizaine sont dits en breton. La procession se termine sur la place de la chapelle par un Salut au Saint-Sacrement célébré devant les porteurs de bannières rangés en demi-cercle. Le pardon se termine par les remerciements du recteur au pardonneur, la bénédiction des enfants et le chant breton traditionnel Kantig ar Bugel d'ar Werc'hez (« Cantique de l'Enfant à la Vierge ») qui alterne avec le Cantique du couronnement, en langue française.

 


Actualités 2010 

  • 14/08/2010 21h00 : messe anticipée de l'Assomption de la Vierge Marie (15 août) ; Veillée Mariale suivie du Tantad.
  • 15/08/2010 07h00 : première messe de l'Assomption de la Vierge Marie.
  • 15/08/2010 08h30 : deuxième messe de l'Assomption de la Vierge Marie.
  • 15/08/2010 10h30 : troisième messe de l'Assomption de la Vierge Marie.
  • 15/08/2010 15h30 : Célébration Mariale avec procession traditionnelle.

Le « pardonneur », Monseigneur Lucien Fruchaud,[8] évêque du Diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier depuis le 8 juin 1992, âgé de 75 ans, toujours en activité dans l'attente de son successeur, (Monseigneur Denis Moutel lui a succédé le 20 août 2010), a présidé la messe solennelle, la célébration mariale et la procession.

 

Notons en outre, cette année encore, la présence habituelle à toutes les cérémonies, depuis vingt ans, de l'écrivain Bernard Bonnejean.[9

 

Notes 

  1. François-René de Chateaubriand, Les Mémoires d'Outre-Tombe, X, 8.
  2.  Archives départementales des Côtes d'Armor (E 1483).
  3. Matthieu, 2, 35.
  4. Description du wandera
  5.  Édition originale : Paris, G. Charpentier, Éditeur, 1877. Un cœur simple, La légende de Saint-Julien l'hospitalier, Hérodias.
  6. Avec Trestraou, l'une des deux grandes plages de Perros-Guirec
  7.  JOUAN, Yvonne, op.cit. infra, pp. 55-56.
  8. Annonce de la renonciation au Pape . Un ouvrage collectif intitulé À cause de Jésus et de l'Évangile, phrase tirée de l'Évangile de Marc qui sert de devise à Mgr Fruchaud, édité par l'association diocésaine de Saint-Brieuc et Tréguier, a été tiré à 4 000 exemplaires pour rendre hommage à l'évêque
  9.  Les liens du Mayennais Bernard Bonnejean avec les Côtes d'Armor sont très étroits. Il les a traduits notamment dans le chapitre III de Clio et ses poètes (éd. du Cerf, 2006, pp. 149-167), « Du règne de Satan à la victoire de Dieu. Renan, l'Antéchrist, corrupteur de la France », où il relate, non sans humour, l'« affaire Renan » à Tréguier (l'inauguration de la statue, place du Martrais, et la revanche du parti catholique avec l'érection du "Calvaire de protestation")

 

Bibliographie 

  • Yvonne Jouan, Chapelle Notre-Dame de la Clarté, Perros-Guirec, éd. d'Art Jack, Louannec, juillet 2006, (ISBN 2-9526402-2-X)

Ne partez pas sans regarder l'album photo sur  la colonne de droite.

 

Je tiens à remercier tout spécialement Mgr Fruchaud, évêque de Saint-Brieuc-Tréguier, pour avoir permis la survivance de ce grand Pardon que, nous, Mayennais en vacances dans les Côtes d'Armor, n'aurions, toutes ces années, manqué pour rien au monde. Bonne retraite, cher Père.

 

Bernard Bonnejean

 


Publié dans religion

Commenter cet article