Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Gineeeeetttteeeeee ! Vous m'en ferez des copies......

Publié le par Bernard Bonnejean

Partager cet article

Repost 0

LA « RIGOLOTTE »

Publié le par Bernard Bonnejean

LA « RIGOLOTTE »

LA « RIGOLOTTE »

Elle était avant tout sa voix, la sienne qu’elle prêtait à d’autres sans autre considération que le plaisir de faire vivre et de faire rire. Cette « veuve joyeuse » de 1967 devint tour à tour vache, avec Azalée du « Manège enchanté » de 1966, la Bérénice de Titus en 1967, l’ours Paddington et Piggy la cochonne aux côtés d’autres voix Francis Lax, Gérard Hernandez et les noms moins illustres Pierre Tornade et Roger Carrel. Elle, l’ancienne des cours Simon, se fit Cléopâtre dans Astérix et l’Ursula de la « Petite Sirène ». Pourtant cette voix des autres aurait pu être sa propre voix à elle et néanmoins célèbre. Cette soprano avait commencé par des tournées avec Aznavour et Piaf avant d’enregistrer les grands rôles d’Offenbach. Elle aurait même pu troquer ses cordes vocales contre un vrai talent de siffleuse qu’elle mit peu en scène mais qui valut aux amateurs un admirable CD intitulé Les Plus Grands Airs sifflés en 1995.

Mais Micheline Dax restera probablement dans nos mémoires comme la « rigolotte » qui dès 1946 faisait valoir son dynamisme outré avec Robert Dhéry et Colette Brosset pour les Branquignols. Elle mit ensuite ses talents de comique au service du théâtre de boulevard où on la vit incarner des personnages de Feydeau, de Jacques Mauclair, de Françoise Dorin, de Barillet et Grédy, de Guitry ou encore de Robert Lamoureux. Elle y brilla assez pour remporter deux Molières, celui de meilleure comédienne et de meilleure comédienne dans un second rôle. Il est aussi difficile de compter pour rien ses quarante rôles au cinéma dont je ne puis taire l’Yvette Guilbert de « Si Paris nous était conté » de Guitry, la Madame Louise de « Mimi Pinson » de Robert Darène, la Madame Le Marlec de « Vos gueules, les mouettes » de Robert Dhéry… Les amateurs de télévision retiendront plutôt Germaine des « Monos » et Lucette de « Louis la Brocante » sans oublier sa présence remarquée au « Francophonissime », aux « jeux de 20 heures » ou encore à « l’Académie des neuf ».

Elle était vraiment appréciée des petits et du grand public, Micheline Dax, dont nous avons appris la mort le 27 avril 2014. On ne voyait plus guère ce chevalier de la légion d’honneur promu commandeur dans l’ordre des Arts et des Lettres. Merci Micheline de nous avoir accompagnés tout ce temps et d’avoir daigné vivre quatre-vingt-dix ans à embellir nos existences.

Bernard Bonnejean

Partager cet article

Repost 0

Ce jeu est littéralement passionnant. ...

Publié le par Bernard Bonnejean

Partager cet article

Repost 0

LA GLOIRE !

Publié le par Bernard Bonnejean

LA GLOIRE !

LA GLOIRE !

Chez nous on ne parle plus que de ça. Ce sera à n’en pas douter l’événement du mois, de l’année et peut-être au-delà.

J’allai tranquillement faire mes courses à l’hypermarché d’à-côté quand mon œil, d’habitude redoutablement exercé mais un peu éteint en ce jour d’averses, fut attiré par une autre paire d’yeux penchés sur la vitrine de la libraire-presse. Vous me direz que cette autre paire appartenait à une personne fort avenante. Certes, c’est probablement une des raisons pour laquelle mon regard se tourna en direction de sa contemplation particulière. Elle était littéralement en train de dévorer la une de notre journal local, conservateur et très bien-pensant, dont le catholicisme pur et dur a longtemps alimenté la source des éditoriaux pendant des décennies. Le « Courrier de la Mayenne », pour ne pas le nommer, se faisait l’écho d’une nouvelle, d’une « news » pourrait-on dire tant le lexique français se montre un peu insuffisant en la circonstance. Le mot « scoop » me semblerait approprié s’il n’était réservé à la partie scripteur davantage qu’au lectorat.

Juste un mot pour ne pas vous donner l’impression de m’éterniser malencontreusement sur les prémices de l’information. C’est que la chose se suffit à elle-même sans qu’il soit besoin de faire monter l’adrénaline par un recours superficiel au suspense. Je voulais simplement souligner l’apparentement possible entre cette info exclusive et l’annonce qui précéda et suivit le match Laval-Kiev gagné par les premiers. Ce fut un jour de liesse pour notre ville et notre succès s’étendit à toutes les agglomérations alentour : Rennes, Le Mans, Angers, Nantes et certains ont prétendu jusqu’à Marseille qui avait raté son année.

Il s’agit donc d’un événement sportif. On peut le dire, en effet.

Qu’est-ce donc qui était supposé nous emplir le cœur, l’âme et le cerveau d’une vague d’orgueil et de chauvinisme de bon aloi ?

Voici le titre de cette une, en gros caractère noirs sur fond blanc, étalé devant les yeux ébahis des passants :

UN LAVALLOIS RAMASSERA LES BALLES À ROLLAND-GARROS !

J’avoue avoir ajouté le point d’exclamation final, amplement mérité. Voilà donc un jeune garçon émérite sélectionné pour ramasser des balles. Il faut dire, à en croire le témoignage d’un jeune Rennais, que l’entreprise est particulièrement ardue. Une première étape de sélection permet de juger de la qualité du lancer-rouler. La deuxième étape dure quatre jours. Elle a eu lieu à La Baule et a permis de n garder que 19 candidats sur les 54 du Grand Ouest. Les promus accompagneront les 250 élus pour toute la France.

Notre jeune lavallois aura donc été reconnu pour les qualités inhérentes à la fonction : répondre aux exigences de rapidité des joueurs professionnels ; ne pas se froisser si l’un d’eux laisse éclater sa mauvaise humeur. On a vu certaines de ces stars jeter la serviette à la figure du pauvre gamin qui la lui tendait parce qu’elle… avait un petit pli. L’avantage, quand même, c’est de voir de grands joueurs à la tâche pendant trois semaines (normalement consacrées au temps scolaire), sur les courts de 8 h 30 à 21 h, six jours sur sept.

Alors, avouez que ça méritait la une de notre canard local !

Qui va gagner à Rolland-Garros cette année ? Le petit ramasseur de balles lavallois, n’en doutez pas un seul instant !

Bonne soirée

Bernard Bonnejean

Photo : ramasseurs de balles à l'Open d'Australie 2012

Partager cet article

Repost 0

Bernard veut partager un Jus d'Orange avec vous !

Publié le par Bernard Bonnejean

Chers collègues et amis de Grimsborough. Le fait est que je me plaisais mieux sur la côte Est. Déjà que je n’aimais pas les vacances quand j’étais en activité, alors imaginez-un peu : passer ses activités sur des lieux de vacances… J’espère que je ferai long feu à Pacific Bay. J’y respire trop bien et rien n’étanche ma soif de connaissances, même pas le jus d’orange.

Partager cet article

Repost 0

Bonne nuit à tous les amis.

Publié le par Bernard Bonnejean

Bonne nuit à tous les amis.

Partager cet article

Repost 0

FRÈRES ET SŒURS DU MONDE ENTIER

Publié le par Bernard Bonnejean

FRÈRES ET SŒURS DU MONDE ENTIER

FRÈRES ET SŒURS DU MONDE ENTIER

Réjouissez-vous ! L’Église vient de vous donner deux grands saints, parmi les plus grands que l’humanité pouvait compter. Deux grands saints officiels parmi tous ceux qui ne seront jamais élevés sur les autels ! Réjouissez-vous ! Jubilate Deo !

Bon dimanche !

Photos : Saint Jean XXIII et saint Jean-Paul II

Partager cet article

Repost 0

Rêvez à la salamandre à laquelle on a consacré...

Publié le par Bernard Bonnejean

Rêvez à la salamandre à laquelle on a consacré...

Rêvez à la salamandre à laquelle on a consacré l'année 2014.
C'est François Ier, notre roi, qui aurait été content lui qui avait choisi la salamandre pour emblème.
Quant à François Ier, notre pape, il s'apprête à célébrer l'un des plus grands événements de ce siècle pour les chrétiens et pour ceux qui veulent le partager avec eux : la canonisation de ses prédécesseurs Jean XXIII et Jean-Paul II.
Bonne nuit, chers amis.

Partager cet article

Repost 0

Une bonne journée à l'aune de ce superbe oiseau...

Publié le par Bernard Bonnejean

Une bonne journée à l'aune de ce superbe oiseau...

Une bonne journée à l'aune de ce superbe oiseau !

Partager cet article

Repost 0

PAS SI MAL

Publié le par Bernard Bonnejean

PAS SI MAL

PAS SI MAL

Non franchement, je suis sérieux, ce n’est pas si mal. Non que je m’attende à pire, puisque j’ai vraiment été pris par surprise. C’est la faute du présentateur du JT de 20 heures. Il lui a suffi de dire : « Rendez-vous tout à l’heure sur notre antenne. Vous êtes de plus en plus nombreux à regarder Candice Renoir », et je me suis retrouvé devant mon poste à l'heure et à l'endroit fixés. De quoi réfléchir sur les millions d’euros gaspillés en publicité, non ? Il suffit de l’avis d’un professionnel que vous côtoyez plus ou moins régulièrement, qui vous inspire confiance et/ou que vous trouvez sympathique pour vous amener là où vous n’auriez eu aucune idée d’aller.

Candice Renoir a une allure slave, avec les pommettes saillantes, les cheveux blonds et les yeux bleus. Rien à voir avec les canons classiques de la femme-flic maigrichonne, brune le plus souvent, sportive à faire pâlir les créoles de l’athlétisme français, donc, somme toute, très éloignée des critères retenus jusqu’à présent pour représenter un commandant de police féminin acceptable. C’est qu’elle est très souriante et plutôt enveloppée, Candice. Et pour couronner le tout de son humanité, elle fait un régime à base de soupe aux choux. Plus conventionnel, son gamin ne fait rien à l’école, est nul en maths, et veut devenir cuistot. Bon ! Il n’est pas de scénario parfait. L’originalité aurait consisté à mettre en scène un adolescent boutonneux, sans ambition particulière, un accroc de la note autour de la moyenne juste pour éviter le redoublement. Une sorte de lycéen moyen, en quelque sorte ni vraiment mieux ni vraiment pire que les autres.

Pour en revenir à la mère, je la trouve plutôt convaincante avec ses complexes et leurs conséquences : repas sautés et malaises vagaux. Pas plus rassurante qu’une autre, mais nettement plus sympathique. En tout cas, cette enquête dans les milieux hospitaliers m’a plutôt paru bien enlevée, à la française c’est-à-dire sans brutalité ni violence excessive pour ne pas heurter l’opinion publique. Elle peut tout supporter des séries américaines, l’opinion publique, mais elle est très pointilleuse sur le portrait qu’on fait de sa police. Et il faut avouer qu’on pourrait, éventuellement, voir une Candice Renoir au sein de nos commissariats sans trop se demander ce qu’elle est venue faire là. Pas vrai ?

Bonne nuit. Je vais voir l’épisode suivant.

Bernard Bonnejean

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 > >>