PAS SI MAL

Publié le par Bernard Bonnejean

PAS SI MAL

PAS SI MAL

Non franchement, je suis sérieux, ce n’est pas si mal. Non que je m’attende à pire, puisque j’ai vraiment été pris par surprise. C’est la faute du présentateur du JT de 20 heures. Il lui a suffi de dire : « Rendez-vous tout à l’heure sur notre antenne. Vous êtes de plus en plus nombreux à regarder Candice Renoir », et je me suis retrouvé devant mon poste à l'heure et à l'endroit fixés. De quoi réfléchir sur les millions d’euros gaspillés en publicité, non ? Il suffit de l’avis d’un professionnel que vous côtoyez plus ou moins régulièrement, qui vous inspire confiance et/ou que vous trouvez sympathique pour vous amener là où vous n’auriez eu aucune idée d’aller.

Candice Renoir a une allure slave, avec les pommettes saillantes, les cheveux blonds et les yeux bleus. Rien à voir avec les canons classiques de la femme-flic maigrichonne, brune le plus souvent, sportive à faire pâlir les créoles de l’athlétisme français, donc, somme toute, très éloignée des critères retenus jusqu’à présent pour représenter un commandant de police féminin acceptable. C’est qu’elle est très souriante et plutôt enveloppée, Candice. Et pour couronner le tout de son humanité, elle fait un régime à base de soupe aux choux. Plus conventionnel, son gamin ne fait rien à l’école, est nul en maths, et veut devenir cuistot. Bon ! Il n’est pas de scénario parfait. L’originalité aurait consisté à mettre en scène un adolescent boutonneux, sans ambition particulière, un accroc de la note autour de la moyenne juste pour éviter le redoublement. Une sorte de lycéen moyen, en quelque sorte ni vraiment mieux ni vraiment pire que les autres.

Pour en revenir à la mère, je la trouve plutôt convaincante avec ses complexes et leurs conséquences : repas sautés et malaises vagaux. Pas plus rassurante qu’une autre, mais nettement plus sympathique. En tout cas, cette enquête dans les milieux hospitaliers m’a plutôt paru bien enlevée, à la française c’est-à-dire sans brutalité ni violence excessive pour ne pas heurter l’opinion publique. Elle peut tout supporter des séries américaines, l’opinion publique, mais elle est très pointilleuse sur le portrait qu’on fait de sa police. Et il faut avouer qu’on pourrait, éventuellement, voir une Candice Renoir au sein de nos commissariats sans trop se demander ce qu’elle est venue faire là. Pas vrai ?

Bonne nuit. Je vais voir l’épisode suivant.

Bernard Bonnejean

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article