LA « RIGOLOTTE »

Publié le par Bernard Bonnejean

LA « RIGOLOTTE »

LA « RIGOLOTTE »

Elle était avant tout sa voix, la sienne qu’elle prêtait à d’autres sans autre considération que le plaisir de faire vivre et de faire rire. Cette « veuve joyeuse » de 1967 devint tour à tour vache, avec Azalée du « Manège enchanté » de 1966, la Bérénice de Titus en 1967, l’ours Paddington et Piggy la cochonne aux côtés d’autres voix Francis Lax, Gérard Hernandez et les noms moins illustres Pierre Tornade et Roger Carrel. Elle, l’ancienne des cours Simon, se fit Cléopâtre dans Astérix et l’Ursula de la « Petite Sirène ». Pourtant cette voix des autres aurait pu être sa propre voix à elle et néanmoins célèbre. Cette soprano avait commencé par des tournées avec Aznavour et Piaf avant d’enregistrer les grands rôles d’Offenbach. Elle aurait même pu troquer ses cordes vocales contre un vrai talent de siffleuse qu’elle mit peu en scène mais qui valut aux amateurs un admirable CD intitulé Les Plus Grands Airs sifflés en 1995.

Mais Micheline Dax restera probablement dans nos mémoires comme la « rigolotte » qui dès 1946 faisait valoir son dynamisme outré avec Robert Dhéry et Colette Brosset pour les Branquignols. Elle mit ensuite ses talents de comique au service du théâtre de boulevard où on la vit incarner des personnages de Feydeau, de Jacques Mauclair, de Françoise Dorin, de Barillet et Grédy, de Guitry ou encore de Robert Lamoureux. Elle y brilla assez pour remporter deux Molières, celui de meilleure comédienne et de meilleure comédienne dans un second rôle. Il est aussi difficile de compter pour rien ses quarante rôles au cinéma dont je ne puis taire l’Yvette Guilbert de « Si Paris nous était conté » de Guitry, la Madame Louise de « Mimi Pinson » de Robert Darène, la Madame Le Marlec de « Vos gueules, les mouettes » de Robert Dhéry… Les amateurs de télévision retiendront plutôt Germaine des « Monos » et Lucette de « Louis la Brocante » sans oublier sa présence remarquée au « Francophonissime », aux « jeux de 20 heures » ou encore à « l’Académie des neuf ».

Elle était vraiment appréciée des petits et du grand public, Micheline Dax, dont nous avons appris la mort le 27 avril 2014. On ne voyait plus guère ce chevalier de la légion d’honneur promu commandeur dans l’ordre des Arts et des Lettres. Merci Micheline de nous avoir accompagnés tout ce temps et d’avoir daigné vivre quatre-vingt-dix ans à embellir nos existences.

Bernard Bonnejean

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article