SYNODE POUR LE MOYEN ORIENT I

Publié le par Bernard Bonnejean

 

Texte du Rapport après le débat

général

 

Du 10 au 24 octobre s'est tenu, au Vatican, le synode des évêques pour le Moyen-Orient qui avait pour but d'aider les communautés chrétiennes divisées à s'unir pour aider les plus pauvres de la région.

 

 

aventure-d-orient-1.gif

 

 

Notons la présence de dignitaires invités, musulmans et judaïsants, intéressés au premier chef par les décisions de ce synode catholique. Sont intervenus au cours de ces travaux extrêmement importants pour l'avenir de l'Eglise et celui des pays concernés :

 

- S. Ém. le Card. William Joseph LEVADA, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (CITÉ DU VATICAN)
- S. Exc. Mgr Krikor-Okosdinos COUSSA, Évêque d'Alexandrie des Arméniens (RÉPUBLIQUE ARABE D'ÉGYPTE)
- S. Exc. Mgr Yasser AYYASH, Archevêque de Petra et Philadelphie en Arabie des Grecs-Melkites (JORDANIE)
- S. Exc. Mgr Mansour HOBEIKA, Évêque de Zahleh des Maronites (LIBAN)
- Corév. Yusuf SAǦ, Exarque patriarcal d'Antioche des Syriens (TURQUIE)
- S. Exc. Mgr Angelo AMATO, S.D.B., Archevêque titulaire de Sila, Préfet de la Congrégation pour la Cause des Saints (CITÉ DU VATICAN)
- Rév. Mgr Mikaël MOURADIAN, Vicaire patriarcal pour l'Institut du Clergé patriarcal de Bzommar (LIBAN)
- S. Exc. Mgr Joseph SOUEIF, Archevêque de Chypre des Maronites (CHYPRE)
- S. Exc. Mgr Cyril VASIL', S.I., Archevêque titulaire de Ptolémaïs de Libye, Secrétaire de la Congrégation pour les Églises orientales (CITÉ DU VATICAN)
- S. Exc. Mgr Joseph ABSI, S.M.S.P., Archevêque titulaire de Tarse des Grecs-Melkites, Évêque auxiliaire et Protosyncelle de Damas des Grecs-Melkites (SYRIE)
- S. Exc. Mgr Georges BAKAR, Archevêque titulaire de Pelusio des Grecs-Melkites, Évêque auxiliaire et Protosyncelle d'Antioche des Grecs-Melkites pour l'Égypte et le Soudan (RÉPUBLIQUE ARABE D'ÉGYPTE)
- S. Exc. Mgr Simon ATALLAH, O.A.M., Évêque de Baalbek - Deir El-Ahmar des Maronites (LIBAN)
- S. Exc. Mgr Jacques ISHAQ, Archevêque titulaire de Nisibe des Chaldéens, Évêque de Curie de Babylone des Chaldéens (IRAQ)
- S. Exc. Mgr Jean-Clément JEANBART, Archevêque d'Alep des Grecs-Melkites (SYRIE)
- S. Exc. Mgr Michel ABRASS, B.A., Archevêque titulaire de Myra des Grecs-Melkites, Évêque de Curie du Patriarcat d'Antioche des Grecs-Melkites (SYRIE)
- S. Exc. Mgr Kurt KOCH, Archevêque-Évêque émérite de Bâle, Président du Conseil pontifical pour la Promotion de l'Unité des Chrétiens (CITÉ DU VATICAN)
- S. Exc. Mgr Emmanuel DABBAGHIAN, Archevêque de Babylone des Arménienss (IRAQ)
- S. Exc. Mgr Athanase Matti Shaba MATOKA, Archevêque de Babylone des Syriens (IRAQ)
- S. Exc. Mgr Denys Antoine CHAHDA, Archevêque d'Alep des Syriens (SYRIE).

 

 

Vatican-001.jpg 

A l'issue de ce synode, un rapport a été présenté au Pape. C'est ce texte, bientôt en librairie et déjà sur Zenit, que je vous propose de découvrir et de méditer aujourd'hui. Restons vigilants à ce qui se passe actuellement au Moyen-Orient. Il y va de l'avenir de l'humanité tout entière. Je remercie Zenit de me permettre de reproduire la totalité de ce texte essentiel et je convie tous nos lecteurs, chrétiens ou non, à contribuer financièrement à ce media extraordinaire qui a le courage de se présenter comme la voix du Vatican, avec toutes les conséquences que comporte cet engagement religieux.

 

eveques-d-orient.jpg

 Quelques évêques d'Orient

 

Quelques adresses utiles pour commencer et pour permettre à ce journalisme particulier de continuer son oeuvre :

 

Pour visiter Zenit occasionnellement

 http://www.zenit.org

Pour envoyer une information

http://www.zenit.org/french/information.html

Pour offrir un abonnement à Zenit

http://www.zenit.org/french/cadeau.html

Pour faire un don à Zenit

http://www.zenit.org/french/don.html

 

Ayez, vous chrétiens, musulmans, juifs, pratiquants ou non, croyants ou pas, le simple courage de vous intéresser à ce rapport, ne serait-ce que pour vous informer sur l'état de nos civilisations dont on ne nous offre à observer que la partie visible.

Votre ami catholique et citoyen français, défenseur de la laïcité et de l'Eglise, de l'universalisme religieux, dans nos différences, qui un jour pourrait nous mener à l'universalisme politique (et non à une mondialisation inhumaine et dévalorisante,

 

Bernard Bonnejean

 

ΑΑΑΑΑΑΑΑΩΩΩΩΩΩΩ

 

Très Saint-Père,
Éminences, Béatitudes, Excellences,
Frères Délégués des Églises Sœurs et des Communautés ecclésiales,
Chers Sœurs et frères, Auditeurs, Assistants, invités et experts

INTRODUCTION

«Vous allez recevoir une puissance, celle du Saint-Esprit qui viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre» (Ac 1, 8). Le jour de la Pentecôte, les Apôtres reçurent le Saint-Esprit promis, et obéirent à la mission que le Christ leur a confiée. Ils s'en allèrent à travers le monde prêcher le Christ et l'Évangile, et lui être témoins, jusqu'au témoignage suprême : le martyre. Une Assemblée Synodale est un renouvellement et un prolongement de la Pentecôte. L'Esprit Saint est aujourd'hui aussi à l'œuvre, avec nous et en nous, comme il le sera toujours avec son Église.


Par une heureuse et providentielle coïncidence, l'Assemblée Spéciale du Synode des Évêques pour le Moyen-Orient initia ses travaux le 11 Octobre 2010, 48ème anniversaire de l'inauguration du Concile Œcuménique Vatican II (11.10.1962) par le Bienheureux Pape Jean XXIII, que nous fêtons le même jour. Cette année commémore aussi le 45ème anniversaire de l'institution du Synode des Évêques par le Pape Paul VI, le 15 Septembre 1965.

Dans ce Synode, consacré à la ‘Communion et au témoignage', nous voici Cardinaux, Patriarches, Évêques, Religieux et Religieuses, Laïcs, Frères et Sœurs invités, réunis autour du Saint-Père, et guidés par le Saint-Esprit, dans une ‘Communion', non théorique, mais visible et pratique. 

Nous renouvelons notre gratitude au Très Saint-Père, qui a voulu prendre l'initiative de nous convoquer pour cette Assemblée historique, dont nous expérimentons l'atmosphère fraternelle, chaleureuse et optimiste, qui nous fait espérer beaucoup de fruits bénéfiques pour l'avenir de nos Églises et de leur mission. Nous voudrions que ce Synode soit valable pour toutes les Églises, en Orient comme en Occident, les portant toutes à vivre une communion pratique. Nous remercions aussi le Secrétairerie Générale du Synode des Évêques pour les travaux de préparation et d'accompagnement.

 

Ce Synode est essentiellement consacré aux Églises du Moyen-Orient, comme son titre l'indique. Mais le Saint-Père a voulu y joindre aussi les Églises nord-orientales de l'Afrique, qui sont en étroit rapport avec nos Églises. Comme il a voulu y faire participer les Chefs des Dicastères du Saint-Siège, des représentants de nos Églises dans la diaspora, de l'Union des Supérieurs Généraux et des Conférences Épiscopales catholiques, ainsi que des Assistants du Secrétaire Spécial, des Auditeurs et des Auditrices, des Délégués des Églises Sœurs et des Communautés Ecclésiales, et des Invités spéciaux représentant l'Islam et le Judaïsme. Ceci donne au Synode un aspect de communion ecclésiale plus parfaite, de participation universelle, et de rencontre œcuménique et interreligieuse. 

 


A. But du Synode 

« Celui qui a des oreilles, qu'il entende ce que l'Esprit dit aux Églises » (Ap 2,7). Il me paraît utile de rappeler de nouveau le double but du Synode :

  christ pantocrator

Le Christ « Pantocrator » (art byzantin)


1) Confirmer et renforcer les chrétiens dans leur identité, grâce à la Parole de Dieu et aux Sacrements.

2) Raviver la communion ecclésiale entre les Églises sui iuris, afin qu'elles puissent offrir un témoignage de vie authentique et efficace. La dimension œcuménique, le dialogue interreligieux, et l'aspect missionnaire font partie intégrante de ce témoignage.
Nous voulons fournir aux chrétiens de nos pays les raisons de leur présence, pour les confirmer dans leur mission d'être et de rester des témoins authentiques du Christ ressuscité, dans chacun de leurs pays, comme icône visible du Christ, incarnation vivante de son Église, et canal actuel de l'action de l'Esprit Saint.

B. Réflexion à la lumière de la Parole de Dieu.

Les Pères Synodaux ont bien illustré ce point. Notre région reste fidèle à la Parole de Dieu révélée, écrite par des hommes de nos terres sous l'inspiration du Saint-Esprit. Les hommes et les pierres de nos terres ont incarné l'histoire de l'amour de Dieu à l'humanité, et y sont devenus un message d'amour pour tout homme. La Parole de Dieu restera toujours la source d'inspiration de notre communion, de notre fidélité, de notre amour, de notre « être missionnaire », et de notre témoignage. Il nous faut devenir des personnes bibliques, vivifiées par l'esprit de l'Évangile qui nous transforme en Évangiles vivants, jetés comme semence et levain dans notre contexte, pour y cultiver la culture de l'Évangile, au lieu d'être modelés selon la culture matérialiste, égoïste et relativiste de la société. La Parole de Dieu reste la source spirituelle et le trésor théologique de nos liturgies vivantes. 


Il a été rappelé que nos fidèles ont une grande soif de la Parole de Dieu, et ne la trouvant pas chez nous, vont souvent s'abreuver ailleurs. C'est pourquoi nous avons besoin de beaucoup de personnes spécialisées en Écriture Sainte, académiquement certes, mais surtout pastoralement et spirituellement. « Les prêtres ont un premier devoir, qui est la proclamation de la Parole de Dieu. Ils un charisme spécial pour l'interprétation de la Sainte Écriture quand, transmettant, non pas leurs idées personnelles, mais la Parole de Dieu, ils appliquent la vérité éternelle de l'Évangile sur les circonstances concrètes de la vie » (Presbyterorum ordinis, 4). Qu'ils aident donc les fidèles à voir en Jésus-Christ l'accomplissement de toutes les Écritures et à mettre les faits de leur propre histoire sous la lumière de la Parole (cf. Ps 118, 105).

Il faut préciser le concept de « révélation », très ambigu à cause de la conception différente avec l'Islam. Pour nous, la révélation est l'intervention salvifique de Dieu dans l'histoire humaine, à travers des événements historiques expérimentés comme gestes d'amour gratuit de Dieu envers ses fidèles. Elle est le dialogue entre Dieu et l'homme dans l'histoire. L'annonce orale de ces interventions fait partie de cette « révélation » car elle transmet la foi de génération en génération. L'Écriture Sainte est une synthèse de la révélation, mais elle reste « lettre morte » pour le lecteur, s'il ne la reçoit pas comme « transmission de foi» de son Église et de sa communauté chrétienne. L'annonce, l'écoute, la lecture, ou la méditation de la Bible est rencontre avec la personne même du Christ. Aussi a-t-on insisté sur la place privilégiée de la liturgie, et des célébrations de la Parole dans des petits groupes, à l'exemple des premières communautés chrétiennes, pour une compréhension existentielle de la Parole de Dieu. Car c'est en célébrant cette Parole qu'elle devient vivante et efficace dans la vie de ceux qui l'écoutent, la méditent, la célèbrent, et trouvent leur chemin à sa lumière. 


Nous avons besoin que la Parole de Dieu soit le fondement de toute éducation et formation dans nos foyers, nos Églises et nos écoles, surtout dans notre situation de minorités dans des sociétés à majorité non chrétienne, où dominent la culture et les valeurs de cette majorité, qui envahissent tous les domaines de la vie publique, et risquent de s'emparer de notre pensée et de nos comportements. Nous avons besoin que la Parole de Dieu évangélise notre vie, pour que notre vie évangélise notre société.

 

.../...

 

 

Publié dans religion

Commenter cet article