Souvenez-vous !

Publié le par Bernard Bonnejean

 

Pourquoi ?

 

 

« Vous qui vivez en toute quiétude
Bien au chaud dans vos maisons,
Vous qui trouvez le soir en rentrant
La table mise et des visages amis,
Considérez si c'est un homme
Que celui qui peine dans la boue,
Qui ne connaît pas de repos,
Qui se bat pour un quignon de pain,
Qui meurt pour un oui ou pour un non.
Considérez si c'est une femme
Que celle qui a perdu son nom et ses cheveux
Et jusqu'à la force de se souvenir,
Les yeux vides et le sein froid
Comme une grenouille en hiver.
N'oubliez pas que cela fut,
Non, ne l'oubliez pas :
Gravez ces paroles dans votre cœur,
Pensez-y chez vous, dans la rue,
En vous couchant, en vous levant ;
Répétez-les à vos enfants,
Ou que votre maison s'écroule,
Que la maladie vous accable,
Que vos enfants se détournent de vous ».
 
 (Primo Levi, Si c'est un homme, 1947)

 

 


Enfants juifs rescapés des camps en 1945.

« Je n'ai pas plus tôt détaché le glaçon, qu'un grand et gros gaillard SS qui faisait les cent pas dehors vient à moi et me l'arrache brutalement.
« Warum ? », dis-je dans mon allemand hésitant.
« Hier ist kein warum »


HIER IST KEIN WARUM
ICI IL N'Y A PAS DE POURQUOI

Ici ?

 
 Fichier:WW2 Holocaust Europe N-E map-fr.svg

 

ET LÀ, AUJOURD'HUI 


 

 

 



 

 

 

KADDISH YATOM 

 

 

dans le monde qui sera renouvelé

et [où] Il ressuscitera les morts

et les élèvera à la vie éternelle

et rebâtira la ville de Jérusalem

et rétablira Son temple en son enceinte

et retirera les cultes (idolâtres) étrangers de la terre

et le service céleste reprendra

et le Saint, béni soit-Il, régnera

dans Sa royauté et Sa splendeur...

בְּעָלְמָא דְהוּא עָתִיד לְאִתְחַדָּתָא

וּלְאַחֲיָאָה מֵתַיָא

וּלְאַסָּקָא יָתְהוֹן לְחַיֵּי עָלְמָא

וּלְמִבְנֵא קַרְתָּא דִירוּשְׁלֵם

וּלְשַׁכְלָלָא הֵיכְלֵהּ בְּגַוַּהּ

וּלְמֶעְקַר פֻּלְחָנָא נֻכְרָאָה מְאַרְעָא

וּלַאֲתָבָא פֻּלְחָנָא דִשְׁמַיָּא לְאַתְרֵהּ

וְיַמְלִיךְ קֻדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא

בְּמַלְכוּתֵהּ וִיקָרֵהּ

   

 

שלום, פטיט של צרפתהילדים שלנו 
 
 

Publié dans martyre

Commenter cet article