Palindrome d'hiver

Publié le par Bernard Bonnejean

 

Nouveau logo

pour Laval

 

Le nouveau logo (en haut), qui reprend deux symboles de la Ville, le palindrome et un léopard, remplace l'ancien, jugé « très années 80 » par le maire Guillaume Garot. Crédits : Ville de Laval.
 
Quelle bonne et heureuse nouvelle ! J'ai appris que Laval faisait peau neuve ! On a un nouveau logo ! Avec un léopard entier à qui on n'a pas fait la peau. D'ailleurs, réduit à cet état il faut dire que ça n'aurait même pas valu le coup : on trouve sur Internet des peaux de vaches à 649 € et des peaux de léopard à 28,90 €. En polyester ? Oui, et alors ? un logo n'a jamais été en peau de bête que je sache ! J'avoue cependant que pour la symbolique une peau de léopard était préférable à une peau de vache... Mais laissons ces détails qui pourraient passer pour du sarcasme alors que j'entends faire une analyse sérieuse de l'objet en question.

chien-peau-de-vache.jpg
Le nouveau logo reprend donc le palindrome et le léopard, les deux symboles de la ville de Laval. Ainsi en a décidé M. Guillaume Garot, notre député maire. Sa motivation ? Moderniser l'ancien logo qu'il juge « années 80 ». Aux mécontents de l'opposition qui se souviendraient, bien malencontreusement, que notre magistrat suprême a décrété d'augmenter les impots locaux de près de quelque 30%, avec, en compensation minimale, la promesse de faire des économies substantielles sur tout ce qui n'est pas indispensable, notre édile répond que cette opération ne coûtera pas un euro supplémentaire à notre communauté. S'il faut bien avouer que la ville a payé 50 000 €(voire 58 000 selon une certaine source) une agence parisienne que d'aucuns disent affidée à Madame Badinter, c'est-à-dire au socialisme parisien, le maire ajoute que cette « nouvelle identité visuelle » devenait urgente. Pour appuyer cette conviction frappée sur le coin du bon sens, Monsieur Guillaume Garot défend que cette artistique entreprise « entre dans le budget communication qui n'a pas augmenté depuis la dernière municipalité ». Autrement dit, toute augmentation se justifiera à l'avenir par son absence. Pour parler simplement : j'augmente les frais de séjour, parce qu'ils n'ont pas été augmentés depuis que j'ai été élu. 

euros.jpg
Mais pourquoi, se demandent les quelques infographistes locaux, avoir demandé aux Parisiens ce que nous Lavallois pouvions réaliser à meilleur prix ? Tout simplement à cause de l'appel d'offre. Or, le hasard veut que les infographistes de Madame Élisabeth Badinter aient été trouvés plus compétents, bien que nettement plus chers (m'a-t-on dit) que les artisans lavallois. Le fait que Madame Élisabeth Badinter née Bleustein-Blanchet à Boulogne-Billancourt cumule les offices de femme de lettres, de philosophe, de féministe, d'épouse de Monsieur Robert Badinter et Présidente du Conseil de surveillance de Publicis, deuxième actionnaire du groupe avec 10 % du capital, détentrice d'une fortune évaluée au palmarès des 500 premières de France ne saurait être imputé qu'à une série de coïncidences ! Soyons justes : c'est ce qu'on m'a répondu quand j'ai remarqué que Sarkozy, Woerth, Hortefeux et autres joyeux drilles étaient tous nés à Neuilly-sur-Seine qu'ils n'ont quitté que pour se retrouver serrés dans la même boite de sardines élyséenne.

Revenons, si vous le voulez bien, à notre analyse :

Notre maire a donc décidé de faire figurer sur notre logo les deux symboles de Laval. Au cas où des étrangers un peu obtus ne l'auraient pas remarqué, « Laval » est un palindrome. C'est-à-dire que, s'il vous prend la fantaisie de changer de sens, vous lirez toujours le même mot. En écriture occidentale : « Laval » ; en écriture arabe : « Laval ». C'est amusant, mais jusque là on n'avait trouvé aucun sens (sauf de droite à gauche ou de gauche à droite) à cet épiphénomène linguistique. Jusqu'à ce que Monsieur Guillaume Garot — c'est du moins ce que prétend notre bible locale Ouest-France — ait trouvé cette indifférence particulièrement déplacée. « On pourra imaginer plein de choses comme des jeux de miroir », propose-t-il d'abord au journaliste médusé. Et il donne un exemple d'emploi dérivé : soit une carte de visite dotée, si elle est normale, d'un bord gauche et d'un bord droit. On peut imaginer un « LAV » à gauche et un « VAL » à droite. Oui mais voilà : le « L » du « VAL » de l'extrême-droite ne respecte pas la symétrie. Qu'à cela ne tienne, se sont dit nos artistes parisiens, on le renverse ! Et c'est ainsi que la queue jusque là dextrogyre de notre L local devient, grâce à nos spécialistes de la capitale, un L à queue sinistrogyre, c'est-à-dire tournée vers la gauche. Au risque de lire un « AVA » entre guillemets, Ad Vitam Aeternam

palindromes.gif
Quant au léopard, il semblerait qu'il figure sur le blason de la ville depuis le XIIème siècle. Soyons précis : Guidonis vallis a été fondée sous le règne de Charles le Chauve. Or, on n'est pas d'accord sur la façon de blasonner les armes faute de s'entendre à l'époque et plus tard sur les mots « lion » et « léopard ». Alors que certains héraldistes penchent pour l'hypothèse d'un lion véritable, d'autres blasonnent les armes de la ville « de gueules, au léopard d'or ». Si le lion a toujours la tête de profil, il peut être rampant, passant ou léopardé. Dans le premier cas, il est debout, dans le deuxième, troisième et quatrième, il se tient sur ses quatre pattes. Le léopard, lui, a toujours la tête de face. Il peut être aussi passant, rampant ou lionné. On a donc choisi le léopard. 

La-panthere-rose-copie-1.jpg
Mais sans être particulièrement radin, quand on a parlé de gueules au léopard d'or, on s'est dit que la monochromie avait la particularité, non négligeable, de coûter moins cher. Et qui dit monochromie dit choix d'une seule couleur possible. Qui a donc eu l'idée de nous coller du rose ? Un léopard « couleur chaussettes d'Édouard Balladur », comme l'avance un commentateur d'Ouest-France ? Un léopard rose-bonbon, comme la panthère ? Y a-t-on seulement songé ? A-t-on voulu honorer la Dame de Boulogne-Billancourt ? Ou le parti socialiste qui arbore la rose comme symbole, mais sans pour autant essayer de tout colorer en rose ? Si comme le dit le maire on a voulu, par la modernisation de notre logo, « séduire de nouveaux habitants, de nouvelles entreprises », qui donc envisage-t-on d'attirer dans notre bonne ville ? Les confiseurs, les dentellières, les façonniers en sous-vêtements féminins ? Mais alors, pourquoi avoir choisi un léopard ? Pour respecter l'histoire ? Ou juste pour faire moderne ? Je serais alors tenté de reprendre à mon compte la réflexion d'un Lavallois mécontent : 

Le dimanche 02 janvier 2011

Mr Le maire, je préférais l'ancienne taxe d'habitation, l'ancien square de Boston et l'ancien logo.

Yves T.

taxe_habitation.jpg

En tout cas, cette histoire fait grand bruit dans Landerneau.
 
Merci pour votre humour, Monsieur le maire.

Sans rancune,

Votre concitoyen,

Bernard Bonnejean 

Publié dans vie associative

Commenter cet article