La bataille de Roussy II

Publié le par Bernard Bonnejean

 

Coutûmes de la banlieue nord-est parisien

 

Ce jour-là, pluvieux et froid, il me vint une idée. Pourquoi continuer à manger seul dans un appartement vide de son occupante, alors qu'à deux pas de voiture venait de s'ouvrir le palace de la mangeaille prolétarienne, le hard discount de la gastronomie banlieusarde : un Flash flambant neuf, assez pour prendre goût à l'Amérique — « 7J/7 », « 24H/24, dimanche et W-E compris » — et « savourer les offres du moment » ? L'idée était bonne ; restait à la concrétiser.

 

 

Après quelques kilomètres à tourner en rond, les tympans gâtés par les klaxons d'autochtones pecnophobes, me voici enfin garé dans la travée 312 bis gauche, juste face à la porte 45 a.  « Un prodige ! », me dis-je, quand je prends conscience que la travée et la porte coïncident parfaitement avec l'entrée dudit restaurant. Fier de ma débrouillardise provinciale, je m'engage en conquérant vers l'entrée des délices urbains : 

« Votre nouveau Flash a le plaisir de vous accueillir porte 53 b ».

Me suis-je pensé : « Si je reprends la voiture, il n'est pas certain que je trouve une place où me garer. Allons-y pedibus cum jambis ».

Affamé, trempé, transi de froid, j'arrive enfin porte 53, mais a, la b étant à l'opposite de la a, porte de secours condamnée pour cause de sécurité.

Enfin, me voici parvenu à destination. Je suis tout à coup assailli d'un doute anxiogène. Les sortants ont des airs de condamnés à vie ou de croque-morts qui se prennent trop au sérieux. La cuisine serait-elle en cause ? Ou l'augmentation des prix ? La TVA à 5,5 ?  Ou la culpabilité ?...

 

  2562185_11-0-3136020778.jpg

 

A peine la porte franchie, je me trouve nez à nez avec un noir colossal, une armoire à glace africaine toute de bleu marine vêtue. Cherchant à l'éviter, je me dirige tremblant vers les pancartes annonçant les plats disponibles. Le molosse bartolonéen me hèle : « Il faut prendre la queue », qu'il me dit, sans accent. Devant mon air interrogatif, il me regarde drôlement. Il me montre alors, d'un doigt menaçant, une file comme on n'en a pas vue chez nous depuis les bons d'alimentation.

J'ai de la chance. Je « prends la queue » derrière une très jeune fille, 18 ans depuis la veille, habillée comme beaucoup de ses consœurs, sans qu'on puisse savoir si elles sont employées à la sécurité sociale ou si elles font le tapin aux abords de la place Maurice Thorez. Elle se retourne : je la trouve assez appétante pour lui donner le nom secret de « Bouche d'or ».

On arrive enfin aux caisses. Ici on paye avant de manger. Comme disait ma maman : « Tu fais comme tout le monde et tu dis rien. Je ne veux pas que mes enfants soient autrement que les autres ! » Je paye donc une andouillette de Troyes virtuelle. Et je prends une autre queue. Pas la bonne, évidemment, ce qui fait que je me retrouve dans une énième queue derrière Bouche d'or qui a profité de l'aubaine pour prendre de l'avance, entre un asiatique et un maghrébin. On entend hurler le cuistot : « Vous la voulez comment, qu'il braille pour singer l'enthousiasme, bleue, à point ou très cuite ? ». Il n'écoute pas la réponse puisque, de toute façon, tout est jeté sur le grill.
 

 actu-monde-File-d-attente-Pakistan_galleryphoto_paysage_std.jpg


J'ai enfin mon andouillette et j'ai le droit à tous les
légumes « à volonté ». Sauf que tout le monde veut des frites.

Et c'est là que le drame a commencé.

L'asiatique arrivé le premier se sert copieusement. Trop copieusement. Il n'a laissé dans le récipient que de quoi nourrir une anorexique. Même si je n'ai tendu qu'un bras timide, je me sens d'ores et déjà impliqué, mais, en Suisse, je joue la neutralité, excluant toute prétention à une faible part de la pitance convoitée. En revanche, sur un coup d'œil maladroit du Chinois en direction de l'adversaire :

« Espèce d'égoaste chin'toque, enculé de pédo de mes deux », qu'elle dit Bouche d'or ! J'en déduis que le féminisme progresse dans la région, mais je me dois, en toute justice, de changer le surnom de la demoiselle.

— Salop'ri' vaginal', réplique le Chinois, et j'en déduis que sous ces tropiques la misogynie n'est pas morte. Et le voilà qui fond sur sa proie en s'écriant : « Montjoie, Seine-Saint-Denis ! »

Un carnage !

La jeune fille fut héroïque. Ce n'était plus Bouche d'or, c'était Gorgone. Les misérables sont les formidables. La banlieusarde s'était transfigurée en euménide. Cette coquine quelconque, vulgaire, ignorante, inconsciente, venait de prendre brusquement les proportions épiques du désespoir. Les grandes douleurs sont une dilatation gigantesque de l'âme ; cette future mère, c'était déjà la maternité ; tout ce qui résume l'humanité est surhumain ; elle se dressait là, au bord du bac à frites, devant cet embrasement, devant ce crime, comme une puissance sépulcrale ; elle avait le cri de la bête et le geste de la déesse ; sa face, d'où tombaient des imprécations, semblait un masque de flamboiement. Rien de souverain comme l'éclair de ses yeux noyés de larmes ; son regard foudroyait la haine.
 

Emma_Watson_sexy_en_lolita_trash.jpg


Le Chinois, vainqueur triste, demeurait immobile, comme s'il avait pris la mesure de son adversaire.

Quant à moi, je restai quelques instants rêveur au bord des bacs à légumes, comme si j'avais voulu laisser au gouffre de flamme le temps de prendre un parti. Puis sans me hâter, lentement, fièrement, j'enjambai le corps inanimé de la nouvelle Jeanne, et, sans me retourner, droit, debout, adossé aux chaises, ayant derrière moi l'horreur, faisant face à l'Hercule subjubué, je me mis à gagner la sortie en silence avec une majesté de fantôme. Tous les assistants tressaillirent, il se fit autour de moi un recul d'horreur sacré comme autour d'une vision. Moi, cependant, je m'enfonçais gravement dans l'ombre ; pendant qu'ils reculaient, je m'approchais d'eux ; ma pâleur de marbre n'avait pas un pli, mon regard de spectre n'avait pas un éclair ; à chaque pas que je faisais vers ces hommes dont les prunelles effarées se fixaient sur moi dans les ténèbres, je semblais plus grand, et l'on eût dit la statue du commandeur redescendant dans le sépulcre.

Seule la voix du Maghrébin osa briser ces minutes solennelles :

« Allah est grand », s'écria-t-il.

Ce à quoi, sur le pas de la porte, en guise d'adieu, je répondis :

« Je ne dis pas, c'est bien possible. Mais vous n'emporterez pas les frites au paradis ».

Je repris ma voiture et j'arrivai à la clinique où je vis Momo confortablement installée entre un Kabyle français qui n'aimait pas les Algériens et une Française née en Kabylie qui aurait bien aimé retourner en Algérie. Tous trois étaient heureux et clamèrent à l'unisson la cause de leur ravissement :

« Aujourd'hui, on a eu des frites ! »

 

 

De nos envoyés spéciaux Bernard Bonnejean et Victor Hugo, auteur de Quatrevingt-treize (préfecture Bobigny).

 

Publié dans humour grinçant

Commenter cet article