Et si ce Monsieur incarnait notre avenir ? AUBRY DEMISSION !

Publié le par Bernard Bonnejean


Monsieur François Bayrou,

Président du MoDem, me paraît pouvoir réussir une gageure : rassembler les Français autour d'une personnalité, d'un programme, d'une résistance crédibles au totalitarisme du matérialisme athée militant dans le respect des principes fondateurs et des traditions de notre patrie. Car, vous en conviendrez, ce qui manque actuellement à la plupart des membres de l'opposition au sarkozysme est moins la pugnacité, l'honnêteté et la bonne volonté que la crédibilité [J'ai écrit cet article avant d'apprendre officiellement ce que je savais déjà : qu'Aubry et son cortège d'Hollandais ont occupé la place de Madame Royal par la ruse, le mensonge et la fraude !  Pourtant il fallait être sourd et aveugle comme un militant aubriste pour ne pas subodorer la supercherie. La vidéo que j'ajoute ce soir me semblait parler d'elle-même !! Honte à vous. DEMISSION !!!]. Les "je t'aime, moi non plus" de nos néo-socialo-libéraux laissent perplexes des concitoyens auxquels on ne cache même plus les visées carriéristes de quadragénaires en mal de pouvoir.



Nous, anciens de soixante-huit, avons à reconnaître notre part de responsabilité dans ce désastre. Nos contradictions, notre laxisme, nos fautes contre des lois jugées liberticides ont plongé notre civilisation dans un cahot moins économique que philosophique et éthique dont nous aurons du mal à nous relever. Sarkozy est plus proche d'un Strauss-Kahn et d'un Kohn-Bendit que d'un paysan français et tous trois donnent cette même impression d'être étrangers aux peuples qu'ils sont censés servir.   





Comment croire en un Parti "démocratique" qui, chaque fois que vous voulez discuter ou proposer, vous balance sa laïcité à travers la figure, à vous, chrétien progressiste, en butte aussi avec les vôtres à cause de positions "modernistes" ? Ai-je encore le droit de proclamer, en accord avec l'Eglise du Christ, mon Eglise, une hostilité ouverte au mariage homosexuel et à l'avortement totalement libre, sous le même prétexte fallacieux d'une laïcité qui n'a rien à faire dans la morale individuelle ? Comment croire que des militants se prétendant héritiers de Jean Jaurès, en sionistes partisans et virulents, dénoncent l'Islam et le Christianisme sans jamais dénoncer, ou du bout des lèvres, les crimes perpétrés par l'Etat d'Israël au nom d'un Judaïsme qu'au moins quatre-vingt pour cent des juifs de l'Etat hébreu et de la diaspora ne pratiquent plus, malheureusement, depuis longtemps ? Comment croire ces femmes, jeunes et moins jeunes, militantes d'un féminisme excessif qui sous couvert de libération, d'égalité des sexes, se livrent pieds et poings liés à un communisme définitivement éteint, plus haineux que révolutionnaire, plus sexiste finalement que notre vieille misogynie génétique dont nous ne saurions pourtant être fiers ?

Tous les discours ne sont pas bons à croire, car la crédibilité ne rime pas forcément avec la sincérité. De grands hommes d'Etat furent des menteurs accomplis ; de piètres politiciens de rencontre firent de leur molesse une arme terrible contre le pays qu'ils servaient en toute bonne foi. Pour ma part, j'ai toujours eu un faible pour Louis XI et un certain mépris, peu avouable, pour Louis XVI. D'autres encore, dont ceux qui s'en réclament ont perdu l'idéal, seraient aujourd'hui bienvenus :





Mais, tout à coup, la France se ressouviendrait-elle qu'en digne fille aînée de la terre occidentale (je ne parlerai pas aujourd'hui d'occident chrétien pour ne heurter personne), elle a encore le choix, pressant, d'y puiser une sagesse tout entière contenue dans cette pensée anonyme latine :

IN MEDIO STAT VIRTUS

Qui mieux que ce fils de cultivateurs de Bordères, entre Pau et Lourdes, pourrait incarner ce courage et cet esprit que nous avons jetés aux orties au temps des Trente Glorieuses ? Croyez-moi, je suis bien placé pour le savoir !, un fils de paysan, agrégé de lettres classiques à 20 ans, en 1971, c'est mieux qu'une prouesse de chevalier ! L'ENA ou Sciences Po, à côté, c'est du pipi de chat. Mais si l'on ajoute que ce jeune professeur, loin de se cantonner dans son milieu d'élite, vainc un bégaiement récalcitrant, et quitte son cocon douillet d'enseignant pour aider sa mère, veuve, à la suite d'un accident du travail de son père...


Laissons maintenant parler le seul qui puisse encore prétendre, à mon avis, représenter cette sagesse, dans le respect des valeurs républicaines, de la diversité religieuse, ethnique, et philosophique d'une nation qui a toujours puisé sa richesse dans ce que les Etats-Unis nomment le melting pot, le creuset essentiel où se puise la substantifique moelle de l'équilibre et de la paix partagée. 

 

France Inter - François Bayrou
par franceinter


Pesez tous les mots de cet homme-là. Comparez-les avec les propos tenus en leur temps par Madame Ségolène Royal. Je ne serai pas l'entremetteur de cette union, mais puis-je me permettre au moins d'avancer que ça nous ferait "un beau couple" pré-présidentiel en attendant que des primaires, LIBRES DE TOUT APPAREIL, déterminent qui les Français antilibéraux veulent voir locataire de l'Elysée ?

Courage !

A bientôt les Amis

Bernard Bonnejean

Publié dans politique française

Commenter cet article