من أجل الهبة سامية Fairuz فيروز

Publié le par Bernard Bonnejean

 

mais qu'est-ce qu'il nous fait encore l'abruti de Nanard ?

Ce qu'il veut, Nanard ? La Paix !!


<!--[endif]-->

Je n'ai pas dit : "Qu'on lui fiche la paix", j'ai dit "La Paix !!" avec majuscule de majesté, la vraie, celle qu'on n'arrive pas à obtenir à cause de certains politiciens manipulateurs, des marchands de canon, des haîneux congénitaux et des victimes de ces gens-là qui croient payer le sang versé en versant le sang.

 
"Et ça t'est venu comme ça ? Sur un coup de tête ?


-- Non ! J'ai retrouvé ces photos. Le grand beau jeune homme, c'est Jeannot, mon grand frère, mon parrain, blessé grièvement en Algérie en 1957, mort à un peu plus de quarante ans, chanceux, si on veut, car seul survivant d'un groupe de 11 hommes tombés dans une embuscade à Boujie (Bejaïa). Tués par les fellagah, comme on les appelait ? Plus sûrement par des politiciens peu scrupuleux qui, quelques mois après, changeaient d'avis et d'ennemis. A gauche, le petit garçon à côté de Jeannot, si fier de son grand frère, c'est Nanard à six ou sept ans, moi pour vous servir. Qui, plus il vieillit, plus il lui manque, son parrain. C’est bête, mais c’est comme ça ! A droite, c'est encore Jeannot. Là bas ! Où j'irai peut-être, si on veut bien me laisser entrer".


  


 

Comme on dit : "Tout ça, c'est de l'histoire ancienne !" D'accord. Tournons la page et passons à l'histoire des fils et des filles.


Ceux qui fréquentent mon blog connaissent maintenant ma copine la patronne, Samia Nasr, et ma copine prof, Samia Lamine. Je suis très fier d'avoir des copines qui sentent bon le musc, la ghaliya, le nadd ou la barmakiya et qui ouvrent le mekhal pour se mettre du khôl avant d'aller au boulot. Même si leur khôl, comme celui de mon amie libanaise Jeanne, une chrétienne maronite, vient de chez Guerlain et n'est plus composé, selon la tradition, de Toutia, de Cheul, de Zenjar, de clous de girofles et d'huile d'olive.

 

L'Orient c'est Jeanne, c'est Samia & Samia, c'est Circé, la berbère, c'est Sourour -- je pense à toi, Sourour et à ta fille -- et pour tout le monde Fairuz فيروز, la Grande. On va d'abord l'écouter. On parlera d'elle ensuite.



Fairouz est née au Liban en 1934. Elle est célèbre dans le monde arabe depuis les années 50. Les frères Rahbani, ses principaux compositeurs, imposent un style moderne grâce à elle si bien que la chanteuse et ses collaborateurs se font définitivement adopter par les amateurs de musique orientale et de jazz au festival de Baalbeck en 1957. C’est là que Fairouz et les Rhabani créent une nouvelle version, en 1961, de la célèbre « Ode à Baalbeck ». Suivent en 1962, Jisr el Kamar, en 1963, Allayl wa’l Kandil. En 64, Fairouz joue son premier rôle de cinéma dans Bayya’a el khawatim. Enfin, en 1966, toujours à Baalbeck, les frères Rahbani mettent en scène une fiction historique pour Fairuz : Ayyam Fakhreddine.


En 1967, Fairouz prend possession du Piccadilly, un théâtre de Beyrouth installé dans le quartier intellectuel et cosmopolite. Entretemps, la chanteuse obtient son deuxième rôle au cinéma : Safar barlik puis, l’année suivante, Bint el hariss. Après une tournée en Syrie, les Rahbani composent pour elle Yaish Yaish et Sahh En-nom, en 1970.


Cette vie, riche mais épuisante, est interrompue par une double hospitalisation : celle de Fairouz et celle de son mari et compositeur Assi Rahbani qui ne se remettra que partiellement. Le 13 avril 1975 éclate la guerre civile libanaise. Fairouz gagne Damas, puis Amman, Londres, Paris où le couple se sépare définitivement en 1978 après un spectable à l’Olympia.


Les années 1980 marquent un tournant dans la carrière de Fairouz. Son nouveau compositeur, Ziad Rahbani, paraît trop jazzy aux traditionalistes. En 1988, Jack Lang profite d’un concert à Paris-Bercy pour remettre la cravate de commandeur des arts et des lettres à la chanteuse libanaise. En 1994, Fairouz se produit à Beyrouth pour la première fois depuis 1977.


En août 2000, accompagné de son fils Ziad, elle se produit dans trois concerts exceptionnels au festival de Beiteddine, sous la houlette de l’arménien Karen Durgaryan. Elle réussit à y a convaincre un public jeune. Depuis, elle chante avec le même orchestre symphonique d’Erevan avec le même chef.


Le dernier triomphe de Fairouz date, si je ne me trompe, de 2008 : elle joue neuf représentations à guichets fermés à Sharjah et à Amman.


Alors, vous voulez bien accueillir la Noël de Fairouz, avec les yeux de ces enfants-là ? Pas besoin d'effort : elle est tellement belle et elle chante tellement bien !!

 

 



« Et elle plaît à tout le monde, cette musique-là, même aux gens d’aujourd’hui ?

 

– Si vous voulez des témoignages, vous n’avez qu’à vous servir ! »

ماشاء الله تبارك الله

هذا الفن ولابلا,,,,

فيرزو تنحت من صخر ونصري يغرف من بحر

ما شاء الله على صوتك يا فيروز


« Y'en a même un qui a écrit ça ! »



بحبك يااافيرووووووووووز

شو هالصوووووووت الاجمل من رااائع



[Si l’une des deux Samia voulait bien traduire, ça m’arrangerait bien… Merci. Mais faut pas le dire surtout, hein !]

 

 

Un dernier air pour Sourour et pour sa fille dont l’histoire m’a touché :



أرسل الله إبنه يسوع نوراً للأنام



الى اللقاء سامية
et tous mes amis
Bernard      


Publié dans culture humaniste

Commenter cet article

Bernard+Bonnejean 27/05/2009 00:11

Appelez-moi Bernard, s'il vous plaît, Sourour. Je ne suis plus un monsieur pour vous. "Roumi", c'était pour rire.

Comment va votre fille ? C'est surtout ça qui m'intéresse. Les moines l'ont prise en mains !!!

A bientôt,

Bernard

Sourour 26/05/2009 22:06

Bonsoir monsieur Roumi comme vous abez dit sur mon blog
je passe vous souhaiter une bonne semaine
Sourour

Bernard+Bonnejean 26/05/2009 19:27

Vous me croirez si vous voulez, mais il y a Lucien de Samosate, l'auteur des Dialogues des morts, qui m'a fait parvenir le billet suivant :

"Ce que tu te goures, mon Nanard ! Sache ceci : contrairement à une idée reçue, une particule ne prend jamais de majuscule - même s'il l'on n'est pas noble. La raison en est simple : puisque, comme mentionné ci-dessus, la particule n'indique nullement la noblesse, il n'y a aucune raison d'établir une distinction ; elle n'a aucune valeur nobiliaire ou non.

On écrira ainsi : Charles de Gaulle, bien que je ne sois pas noble. Il n'y a qu'une seule exception à cette règle. Il s'agit des cas où la particule "de" est elle-même déjà précédée par la préposition "de". Dans ce cas, et seulement dans ce cas-là, on mettra alors une majuscule afin d'éviter toute confusion entre la particule et la préposition. On écrira donc, par exemple : un discours de De Gaulle".

C'est signé : Charles de Gaulle.

Bernard+Bonnejean 26/05/2009 12:54

Pour les jeunes qui ne sauraient pas : c'est Charles De Gaulle (mettre une majuscule à "De" qui n'a rien d'une particule aristocratique !) qui a lancé cette connerie devant des Québécois dynamisés : "Vive le Québec [une pause] librrre !" Le même avait dit en Algérie aux Pieds-Noirs rassemblés pour l'accueillir : "Je vous ai compris". Moi, connard de service, je n'ai toujours pas compris qui ni quoi il avait compris et ce qu'il fallait comprendre...

Bernard Bonnejean 26/05/2009 12:43

N'ayez crainte, Marraine, les commentateurs et -tateuses bien intentionné(e)s ne sont pas concerné(e)s par cette remarque.

Il se trouve que par over-blog j'ai fait la connaissance des deux Samia, A-DO-RA-BLES. Et qu'au lieu de leur offrir des fleurs, qu'elles eussent méritées amplement, je les ai entraînées sur le terrain miné du conflit palestinien.Du moins l'une des deux, car l'autre, palestinienne d'origine, vit ce drame permanent.

Je ne le regrette pas. Je compatis vraiment réellement (et pas du tout virtuellement !!!) à leurs souffrances, sans consentir à permettre à mon petit prof de verser dans le négationisme ni l'antisémisme primaire (je sens que je vais encore me faire engueuler !)

L'autre jour, j'ai voulu, une nouvelle fois, mettre les pendules à l'heure en répondant sur mon blog à Samia-prof et poéte et traductrice avec un talent fou. Au bout de trois tentatives infructueuses, j'ai conclu à une censure, mais peut-être ai-je été trop vite... Après quelques minutes, le message s'affichait in extenso.

De toute façon, Paulette, soyez certaine d'une chose : tout ce qui se passe sur Internet est scruté, jaugé, parfois enregistré. Fichée, la France entière l'est, ce qui ne l'empêche pas de vivre, "librrre" comme le Québec.

Amicalement,

Bernard

dame Lepion 26/05/2009 12:09

Mon cher filleul, permettez à la néophyte en internet que je suis son attitude interrogative devant ce que vous écrivez ci-haut : "Je comprends parfaitement que vous filtriez les commentaires dangereux pour la morale ou pour la sécurité des personnes." En dites-vous trop ? Pas assez ? Par quelles corrections ou limitations vos -nos- écrits sont-ils concernés ? Quel oeil nous regarde et à terme nous pilotera ? Mais j'imagine trop, certainement... Rassurez la craintive que je suis, Bernard.

Bernard+Bonnejean 26/05/2009 00:14

ET PUIS NON !!!

VOUS ATTENDREZ ENCORE UNE JOURNEE POUR LIRE MON ARTICLE SUR LES GAFFES.

LISEZ BIEN CELUI CI ET LES COMMENTAIRES.

ENSEMBLE SAUVONS LA PAIX.

Bernard Bonnejean 25/05/2009 20:37

Bon, Samia, tu me donnes l'occasion de faire le point et je t'en remercie.

Rien de ce que je dis, rien de ce que je pense tout haut, rien de ce que je ressens à la lecture entre les lignes de certains messages, rien pour moi n'est "virtuel".

Quand je dis que j'aime, c'est que j'aime ; que je hais, c'est que je hais ; que ça m'indiffère, c'est vrai. Quand je dis à une dame que je pense beaucoup à elle et à sa fille, je le fais.

Tu écris, dis-tu ? T'es-tu déjà interrogée sur l'utilité du travail d'écriture. Je ne te parle pas des vers de mirliton, ni de la chansonnette. Regarde l'influence qu'eut dans la guerre civile d'Espagne le chant des républicains ; dans la résistance, celui du chant des partisans ; dans l'installation de la République française, la Marseillaise etc.

Le proverbe dit que tout finit par des chansons. Parfois, tout commence aussi par des chansons. Alors, comme Fairouz,continue à chanter, à composer, à écrire. Tu ne sauras jamais quelle influence tes chants auront eu sur tel ou tel à tel moment de son existence. Ce n'est pas à un amateur de Ferré que je vais démontrer ça.

Bonne nuit, Samia.

Vive la vie

Bernard

Samia+Nasr 25/05/2009 18:30

Bonjour Bernard, je suis désolée pour ton frère ; J'ai horreur de la guerre, il y a des années que j'ai perdu l'espoir en croyant à un monde meilleur, mais tan que la guerre existe, le monde n'a pas encore changé, avant je parlais toujours des sujets de guerres et la bétise humaine, mais je suis fatiguée car ni mes vers ni mes articles ne sauveront un enfant ou un innocent contre la cruauté des hommes, mais mes cahiers depuis mon adolescence sont emplis de révolte et de l'indignation en voyant le sang qui coule toujours des innocents. Bon lundi mon ami, bises

Samia+Nasr 25/05/2009 18:15

Mon cher Bernard malheureusement que c'est le virtuel, mais je suis sûr parler avec toi dans le réel, ça me ferait un grand plaisir, j'aime beaucoup ta façon d'aborder les choses, un petit mot à l'égard d'une personne virtuelle, et beaucoup de significations d'amitié et de tendresse, merci de cet article et surtout merci de nous présenter la grand diva libanaise Fairouz, bon lundi, gros bisous

Sourour 25/05/2009 13:54

Meci de tout coeur Monsiuer Bernard pour tant de gentillesse et de soutien partagés
autant d'amitiéet de respect
merci pour tout
cela me réchauffe tant le coeur en ces moments pénibles et je vous remerciement énormément du fond du coeur
bonne continuation pour votre partge et merci pour ces chansons de pais de Fayrouz
Bonne semaine
je vous ajoute dans mes favoris quandje serais moins génée et je pourrais venir régulièrement
Sourour

Bernard Bonnejean 25/05/2009 14:20


C'est moi qui vous remercie Sourour. Dieu-Allah, dit un cantique chrétien, est plus grand que notre coeur. J'ai confiance en lui. Ayez confiance !
Jeudi, je vais rendre visite à mes amis les moines de Solesmes, dans la Sarthe. Je les ferai prier pour votre fille et je prierai avec eux.
Bernard


Bernard 25/05/2009 02:21

Merci, mes amis d'over-blog pour avoir rétabli mon message in extenso.

Nous attendrons ensemble les réactions, dans la confiance.

Bernard+Bonnejean 24/05/2009 23:54

Message à over-blog,

Je comprends parfaitement que vous filtriez les commentaires dangereux pour la morale ou pour la sécurité des personnes. Telle n'a jamais été mon intention.

La Paix ne peut surgir que d'un dialogue. Internet est avant tout un lieu de dialogue. Si vous censurez uniquement parce que certaines vérités peuvent blesser, vous rompez des dialogues en voulant éviter des engueulades parfois salutaires.

Merci pour votre compréhension

Bernard Bonnejean

Bernard Bonnejean 24/05/2009 23:17

Chère Samia,

J'ai été trop vite. Le com est bien passé, en première position. Dois-je attendre une visite de Zodo ? Est-ce ça que tu veux me dire ?

Quant à mon frère que j'aimais beaucoup, il est mort, mais puisse sa mort commencée pendant sa vie (il a vu ses hommes se faire mitrailler et mourir, lui-même touché aux yeux et à une jambe qu'on a voulu jusqu'au bout lui couper et il n'a jamais pu vivre normalement), servir aux vivants. Les torts israéliens, surtout lors des inqualifiables bombardements de la bande de Gaza, devront être jugés et punis comme crimes de guerre. Ils le seront.

Tu crois en Dieu comme moi et tu sais qu'il protège ses fidèles. Regarde comment finit le criminel Ariel Sharon, coupable indirect des massacres génocidaires, perpétrés par les milices "chrétiennes", de Sabra et Chatila : un légume en enfer.

Mais les attentats perpétrés par les Palestiniens, ou pour leur compte, contre de pauvres enfants sans défense devront aussi être punis, pour les mêmes raisons.

Les peuples ne sont responsables de rien. Tuer un enfant innocent, pour une raison politique, est un assassinat que Dieu ne peut pas tolérer. Ni au nom du Catholicisme, ni au nom du Judaïsme, ni au nom de l'Islam.

Maintenant,Samia, comme je te l'ai dit sur ton blog, je crois avoir tout dit de ce que je pensais. Toi aussi. Mais il manque la voix d'Israël et c'est regrettable.

En attendant, vive la Paix et vive les gens comme Fairuz qui sont un cadeau du bon Dieu.

Je t'embrasse, Samia.

Bernard

Bernard Bonnejean 24/05/2009 22:52

Chère Samia,

Je ne comprends pas du tout ce dernier message. De quel com parles-tu ? Un que tu aurais envoyé à Zodo et à moi ? Explique-toi, s'il te plaît.

A bientôt

Bernard

Samia+Lamine 24/05/2009 20:21

Après le com que je t'ai envoyé, j'ai voulu passer chez Zodo. ....Mais? je ne l'ai pas trouvé chez toi!!!????
SAMIA.

Samia+Lamine 24/05/2009 20:17

مساء الخير برنار
j'allais juste passer te saluer faute de temps. Mais me voilà devant cette surprise.Merci beaucoup pour ce partage de feyrouz la Diva à la voix d'ange. Quand je l'écoute ,j'ai l'impression que sa voix viens du ciel.

Secondo, pour sa majesté LA PAIX assassinée au moyen orient par la barbarie sioniste, moi, qui suis proche et vois tout de près et au quotidien, je vois que c'est l'Autre qui la refuse. C e soir seulement Natenyahou vient d'annoncer qu'il n'est pas question de retrait aux frontières de 1967 et Obama rejette la question du droit au retour. Moi, ça me révolte CAR d'autant plus que les arabes font des concessions d'autant plus l'autre coté en exige plus.
Brièveent, c'est comme si je venais chez toi et que je finissais par te mettre à la niche de ton chien. Sorry pour l'exemple.
(Pour plus de détails: voir mon article "La Palestine: Histoire d'une peau de chagrin".)

Enfin, j'aimerais exprimer ma désolation quant à ton frère.

(Bernard, on parlera de ZODO sur mon blog plus tard!!!!???)

و السلام.
سامية.