La pluie aujourd'hui

Publié le par Bernard Bonnejean

a fait des claquettes


Il a plu chez vous aujourd'hui ? Comme à Cancale ? Et à Saint-Malo ?

Tant mieux ! C'est beau la pluie ! Surtout  quand monsieur Soleil s'amuse à vous faire des arcs-en-ciel, juste pour votre plaisir. C'est beau aussi, un arc-en-ciel, et ça ne sert strictement à rien, qu'à faire causer les poètes.


Tous les poètes aiment les arcs-en-ciel. Et la pluie. En 1985, je me souviens parfaitement de la date, j'avais fait apprendre ce poème aux enfants de cinquième. Un poème d'un Belge flamand, encore ! Charles van Lerberghe ! Un très grand poète d'expression française, un peu méconnu, et c'est franchement dommage !

Ma soeur la Pluie


Ma soeur la Pluie,

La belle et tiède pluie d'été,
Doucement vole, doucement fuit,
A travers les airs mouillés.

Tout son collier de blanches perles
Dans le ciel bleu s'est délié.
Chantez les merles,
Dansez les pies !
Parmi les branches qu'elle plie,
Dansez les fleurs, chantez les nids
Tout ce qui vient du ciel est béni.

De ma bouche elle approche
Ses lèvres humides de fraises des bois ;
Rit, et me touche,
Partout à la fois,
De ses milliers de petits doigts.

Sur des tapis de fleurs sonores,
De l'aurore jusqu'au soir,
Et du soir jusqu'à l'aurore,
Elle pleut et pleut encore,
Autant qu'elle peut pleuvoir.

Puis, vient le soleil qui essuie,
De ses cheveux d'or,
Les pieds de la Pluie.


(Recueil : La chanson d'Eve)



Encore un flamand à belles bacchantes !


On peut aimer la pluie pour de multiples raisons. Lorsque j'étais enfant, la pluie servait de prétexte à notre mère pour faire des crèpes. De vraies crèpes. Pas des crèpes de crèperies de faux bretons. Brassens, lui, prenait la pluie comme prétexte à des préliminaires amoureux. C'est aussi bien que les crèpes, non ? D'autant qu'il avait de belles bacchantes aussi, le locataire de Sète.



A moins que vous ne préfériez une pluie plus musclée façon jazz toulousain, version soft. Du Nougaro quoi ? Sans le grand Nougaro ! N'empêche qu'elle en veut la gamine, et je crois que ça lui aurait plu à Nougaro, son petit air nougayorkais !

Un petit conseil quand même. Si vous aimez les jolies filles, regardez la vidéo et la chanteuse qui est dedans. Mais vous risquez de ne pas comprendre toutes les paroles.  La faute aux conditions d'enregistrement. Si vous aimez la chanson, cette chanson-là qui est plutôt un poème, lancez la vidéo et allez voir les paroles dessous. Vous pourrez toujours admirer la blondeur scandinave de Lo Jay après.


Monségur France Festival July 2004. Tribute to Claude Nougaro who had just passed away. Laurence "Lo" Jay sings with the Bordeaux Big Band Jazz Ensemble directed by Pascal Drapeau (c'est moins sévère à dire en anglais, les décès)

La pluie fait des claquettes

par Claude Nougaro


La pluie fait des claquettes
Sur le trottoir à minuit
Parfois je m'y arrête
Je l'admire, j'applaudis
Je suis son chapeau claque
Son queue-de-pie vertical
Son sourire de nacre
Sa pointure de cristal

Bip, bip, bip, ... , la pluie

Aussi douce que Marlène
Aussi vache que Dietrich
Elle troue mon bas de laine
Que je sois riche ou pas riche
Mais quand j'en ai ma claque
Elle essuie mes revers
Et m'embrasse dans la flaque
D'un soleil à l'envers

Bip, bip, bip, ... , la pluie

Avec elle, je m'embarque
En rivière de diamant
J'la suis dans les cloaques
Où elle claque son argent
Je la suis sur la vitre
D'un poète endormi
La tempe sur le titre
Du poème ennemi

Bip, bip, bip, ... , la pluie

A force de rasades
De tournées des grands ducs
Je flotte en nos gambades
La pluie perd tout son suc
Quittons-nous dis-je c'est l'heure
Et voici mon îlot
Salut, pourquoi tu pleures
Parce que je t'aime, salaud

Bip, bip, bip, ...

La pluie fait des claquettes
Sur le trottoir à minuit


Oui, y'avait des variantes, mais bon !

J'arrête là ma pluie de pluies que vous complèterez vous-mêmes.

A bientôt, les amis

Bernard Bonnejean

Publié dans poésie

Commenter cet article

zodo 29/04/2009 21:10

bonsoir bernard,tu es un homme sage, sage par la culture, sage par des reflexions poétiques , philosophiques et litteraires.il faut toujours avoir le courage de se remettre en cause.il n'y a pas d'âge pour apprendre .je termine par cette phrase sublime.(la pluie fait des claquettes sur les trottoirs à minuit.) merci de te lire à bientôt

Bernard Bonnejean 30/04/2009 18:12


Bonjour Zodo,

Très heureux de faire vraiment ta connaissance. Je me souviens t'avoir déjà lu à propos d'une allusion à Jacques Foccart... Si tu savais tout ce que me rappelle la Côte d'Ivoire. Pas autant que le
Cameroun, mais des choses personnelles, peut-être beaucoup plus pénibles. J'avais seize ou dix-sept ans, l'âge pour moi de la grande épreuve. Il y avait un Ivoirien dans ma classe. Je l'ai
tellement poussé à bout qu'il a failli m'étrangler. Quelle force ! S'il avait voulu...

C'est peut-être grâce à lui que j'ai été responsable d'une association tiersmondiste pendant des dizaines d'années. Grâce à un prêtre ami aussi, qui m'a prouvé, par l'exemple et non par la morale,
que le racisme était non seulement ignominieux mais bête et injustifié. Si je pouvais lui dire à ce pauvre garçon tout le regret que j'éprouve à l'avoir ainsi humilié, par politique interposée.
C'était le fils d'un personnage important en Côte d'Ivoire, mais je n'ai jamais cherché à savoir qui. Quelqu'un de l'entourage de Félix Houphouët-Boigny qu'il admirait et que je détestais sans
vraiment le connaître. Il était au lycée à Laval entre 1964 et 1967. Je ne sais même pas son nom. C'est ça le racisme. Nier l'autre, jusqu'à ignorer son identité.

Merci Zodo de venir me voir. Avec toi c'est toute l'Afrique qui frappe à ma porte et le Christ avec elle.

Bernard