Dabadie : le triomphe du rigolo de service

Publié le par Bernard Bonnejean

ou l'anti-grosse-tête à l'Académie française



Vous rendez-vous compte de l'énormité de la chose : Jean-Loup Dabadie, l'auteur de la liste ci-dessous, membre de l'Académie française depuis le 12 mars dernier !!

Jean-Loup Dabadie de l’académie française et son épouse, à la sortie de sa réception sous la Coupole, le 12 mars 2009 à l’Institut de France
Jean-Loup Dabadie de l’académie française et son épouse, à la sortie de sa réception sous la Coupole, le 12 mars 2009 à l’Institut de France.


J'ai dit ailleurs que je ne comprenais vraiment pas la timidité des Immortels. Tous ont avoué, comme un petit péché, admirer Trénet, beaucoup, Brassens, et quelques-uns, Devos. Aucun, jusqu'à présent, n'aurait oser proposer, officiellement, c'est-à-dire pas seulement comme un accord de principe prononcé du bout des lèvres, la candidature d'un de ces amuseurs-là sous la Coupole. Eux, d'ailleurs, n'auraient jamais osé avoir cette prétention.

Pour une fois, c'est pas la faute à Voltaire ni à Rousseau, mais à Gainsbourg et à ceux qui depuis des décennies pensent comme lui. Quand il a avancé la thèse d'une chanson populaire, art mineur, opposée à la grande musique, à la littérature, à la poésie, dignes,  seules, de recevoir le titre d'Art, il avait tort. Et c'est le pauvre auteur-compositeur-interprète de L'Eau vive, qui passa ce soir-là pour un plouc infatué avec sa gratte même pas électrique, qui avait raison.


Alors, Monsieur Dabadie, en attendant que vous proposiez votre définition du fameux dictionnaire, en y ajoutant un peu de fantaisie, nous l'espérons, je vous dis merci. Merci pour votre talent, certes, mais vous n'y êtes pas pour grand chose. Merci surtout pour l'avoir mis au service de nos vies que vous avez rendues par vos textes plus riches, et finalement, plus agréables.

Et parce que Dabadie, c'est d'abord une histoire de copains, pas tout jeunes mais pas mûrs non plus, et des femmes des copains, qui supportent et qui craquent aussi parfois, un hommage particulier à nous tous, pauvres mortels, avec l'un des joyaux de la comédie humaine :



On est comme ça ?? Ben oui, on est comme ça !!

Bernard Bonnejean


1959 Les Yeux secs (roman) 
1960 Les Dieux du foyer (roman) 
1967 La Famille écarlate (théâtre) 
1969 Le Vison voyageur (théâtre) 
1970 Les Choses de la vie (scénario)
1971 Max et les ferrailleurs (scénario) 
1971 La Poudre d'escampette (scénario) 
1972 Chère Louise (scénario) 
1972 Une belle fille comme toi (scénario) 
1972 César et Rosalie (scénario) 
1972 Le Légume (théâtre) 
1973 Salut l'Artiste (scénario) 
1973 Le Silencieux (scénario) 
1974 la Gifle (scénario) 
1974 Vincent, François, Paul et les autres (scénario) 
1974 Madame Marguerite (théâtre) 
1975 Le sauvage (scénario) 
1976 Un éléphant ça trompe énormément (scénario) 
1977 Violette et François (scénario) 
1977 Nous irons tous au paradis (scénario) 
1978 Une histoire simple scénario 
1978 Une histoire simple (scénario) 
1979 Courage fuyons (scénario) 
1981 Clara et les chics types (scénario) 
1983 Garçon ! (scénario) 
1983 Attention, une femme peut en cacher une autre (scénario) 
1984 La 7e cible (scénario) 
1985 Deux sur la balançoire (Molière du meilleur adaptateur
d'une pièce étrangère, 1987) 
1986 Descente aux enfers (scénario) 
1986 Double mixte (théâtre) 
1988 D'Artagnan (théâtre) 
1990 Quelque part dans cette vie (adaptation et mise en scène) 
1992 Le Bal des casse-pieds (scénario) 
1993 Je ne suis pas un homme facile (théâtre) 
1993 Bonne fête Paulette (sketches)  (Albin Michel)
1999 Comédie privée (théâtre) 
2000 la Bicyclette bleue (scénario, adaptation et dialogues) 
2002 Même heure l'année prochaine (théâtre) 
2007 Tant d'amour (chansons)

Publié dans poésie

Commenter cet article

YannBBlues 20/03/2009 23:54

Bonsoir Bernard...
Le comique,on ne l'a jamais prit au sérieux (?!?)...on lui a toujours tourné le dos,quant à l'attribution des 1ers prix et autres récompenses;il n'y en a guère...les tontons flingueurs ne font pas que dans le jus de betterave...je te souhaite une bonne fin de semaine...
bonne soirée
Yann