MADAME TAUBIRA

Publié le par Bernard Bonnejean

MADAME TAUBIRA

MADAME TAUBIRA

passe outre défenses et interdits. Certains diront qu'elle le peut puisqu'elle n'est pas membre du parti socialiste. Ce serait vrai si Hollande et son premier ministre n'avaient bien insisté sur la nécessité d'une cohérence et d'une cohésion gouvernementale vers des objectifs et des orientations communes à défaut d'être très précises. En fait, il fallait un grand courage à Madame le garde des Sceaux pour braver le diktat. Il fallait aussi sa personnalité, une vraie personnalité, c'est-à-dire, "stricto sensu", le caractère propre à une seule personne, une individualité non reproductible, encore moins multipliable. Le contraire d'un ministre godillot, d'un militant de Panurge.

Certains crieront à la trahison. Ils en ont le droit. D'autres, et je suis de ceux-là, retrouveront le goût de la démocratie qui, en cette cinquième république, a été vraiment mise à mal par tout le monde, sous tous les régimes présidentiels de De Gaulle à Sarkozy. La preuve est faite que lorsque les députés de la majorité auront décidé de faire valoir le droit de leurs électeurs - et non leurs droits propres - rien ne pourra les en empêcher s'ils en ont la ferme volonté et le vrai courage. Il ne s'agit pas de torpiller l'action gouvernementale (sinon le geste de Madame Taubira, très récemment choisie à nouveau, n'aurait aucun sens). Il s'agit de dire non à l'insupportable, lorsque l'insupportable surgira, loin des préoccupations annexes de "discipline parlementaire".

Merci madame Christiane Taubira, merci madame le Garde des Sceaux

Bernard Bonnejean

Commenter cet article