DE L’ORDRE

Publié le par Bernard Bonnejean

DE L’ORDRE

DE L’ORDRE

Il fut un temps, avant, bien avant, je ne rangeais rien, persuadé avec raison de tout retrouver sans effort n’importe où à la dernière place occupée. Ensuite, sous la contrainte extérieure, j’ai opéré un classement très grossier en fonction de la nature et de la fréquence des besoins. C’est ainsi que des années plus tard je retrouvai des « choses à faire » non urgentes dans les endroits les plus inattendus. Puis est venu le temps des classeurs, dossiers, chemises, par couleur, et peu après, des étiquettes et des pastilles. Enfin des cahiers-catalogues où étaient inscrits les classeurs, les dossiers, les chemises, les étiquettes et les pastilles et les contenus.

Aujourd’hui c’est devenu très compliqué. Dans la mesure où je ne sais plus avec précision ce qu’il y a dans les chemises et sous les étiquettes, j’utilise systématiquement une autre chemise que je marque d’une autre étiquette. Le lendemain, après avoir constaté que la nouvelle étiquette n’est pas explicite je rouvre la chemise pour savoir ce qu'elle contient et ce que cache l’étiquette. Mais – parfois – je retrouve dans une chemise où je l’ai rangée quinze jours avant LA lettre, celle que je croyais avoir détruite. Et là c’est le bonheur quand je la relis !

Bonne soirée et bonne nuit,

Bernard Bonnejean

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article